Le plan pour l’innovation et les compétences du Canada

Le budget de 2017 est présenté à un moment où de grands changements ont lieu et beaucoup de possibilités s’offrent à nous.

Partout dans le monde, les gens s’ouvrent à l’innovation et aux possibilités qui en découlent – celles de tout remettre en question, de la façon dont nous gérons les demandes du marché du travail à la façon dont nous construisons nos villes, en passant par la manière de faire croître notre économie.

Pour agir à titre de leaders en matière d’innovation à l’échelle mondiale, nous devons permettre aux travailleurs canadiens de disposer des outils dont ils auront besoin pour réussir dans la nouvelle économie. Dans le budget de 2017, le Canada présente son Plan pour l’innovation et les compétences : un plan qui met l’accent sur les gens et tient compte du caractère changeant de l’économie afin de s’assurer qu’elle fonctionne pour toutes les Canadiennes et tous les Canadiens. Il s’agit d’un programme qui vise à renforcer le Canada en tant que leader mondial dans l’économie de l’innovation qui créera des emplois et assurera la croissance de la classe moyenne.

Le Canada a toujours puisé sa force dans l’abondance de ses ressources naturelles, mais il a aussi la chance de pouvoir compter sur une population intelligente, diversifiée, créative, bien scolarisée, et qui travaille fort. Pour l’essentiel, le Plan pour l’innovation et les compétences est axé sur les gens. Sans la créativité, l’éthique de travail et les compétences des gens qui les mettent au point, les produits, les idées ou les services innovateurs ne se concrétiseraient pas. C’est vrai pour tous les secteurs de l’économie.

Notre pays occupe une position unique de laquelle il peut profiter des énormes changements qui s’annoncent. Pour ce faire, nous devrons bâtir la main-d’œuvre la plus compétente, la plus talentueuse, la plus créative et la plus diversifiée au monde. En plaçant le Canada dans une position de leader au sein de l’économie mondiale – dans des secteurs tels que la fabrication de pointe, l’agroalimentaire, les technologies propres, les industries numériques, les sciences biologiques et de la santé et les ressources propres –, le Canada créera des emplois durables et une croissance économique soutenue pour des années à venir.

COMPÉTENCES

Formation continue

Ce sont les gens compétents, talentueux et créatifs qui sont les catalyseurs de l’innovation. Le Canada possède déjà l’une des mains-d’œuvre les plus éduquées au monde; toutefois, dans une économie mondiale de plus en plus concurrentielle, il faut en faire plus pour que les Canadiens puissent apprendre, s’adapter et obtenir de bons emplois tout au long de leur vie professionnelle.

Appuyer les travailleurs canadiens

Afin d’aider un plus grand nombre de Canadiens sans emploi ou sous-employés à avoir accès aux mesures de soutien à la formation et à l’emploi dont ils ont besoin pour trouver et conserver de bons emplois dans la nouvelle économie, le budget de 2017 accroît de façon importante, soit de 2,7 milliards de dollars sur six ans, l’aide fédérale par l’intermédiaire des ententes de transfert relatives au marché du travail. Pour les Canadiens qui cherchent un emploi, cette mesure se traduira par davantage de possibilités de mettre à niveau leurs compétences, d’acquérir de l’expérience ou d’obtenir de l’aide pour démarrer leur propre entreprise. Elle permettra également d’accroître le soutien offert, comme les services d’orientation professionnelle, pour les aider à planifier leur carrière. Ces investissements s’inscrivent dans le cadre d’une initiative importante que le gouvernement entreprend en collaboration avec les provinces et les territoires afin de moderniser la façon dont les mesures de soutien à la formation et à l’emploi sont financées – pour accroître l’accès, améliorer les résultats et rendre le système plus simple, plus souple et mieux adapté aux besoins des Canadiens.

En plus de cet investissement, le gouvernement mettra également sur pied un nouvel organisme qui, en partenariat avec les provinces et les territoires intéressés ainsi que d’autres intervenants, déterminera les écarts de compétences avec les employeurs, examinera de nouvelles approches innovatrices en matière d’acquisition et de perfectionnement des compétences, et échangera des renseignements de manière à ce que les Canadiens soient bien outillés pour les opportunités offertes au sein de la nouvelle économie.

Aider les adultes à retourner aux études

Les étudiants adultes peuvent être confrontés à des défis dans la poursuite de leurs études – non seulement en raison du coût des études, mais aussi en raison des pressions financières liées à leurs obligations familiales, à l’entretien de leur maison et à la conciliation entre le travail et les études. Pour tenir compte des défis que doivent relever les adultes et mieux aider les personnes qui travaillent fort pour faire partie de la classe moyenne, le budget de 2017 élargira les critères d’admissibilité aux bourses d’études canadiennes pour les étudiants à temps partiel ainsi que pour ceux qui ont des enfants. En outre, le gouvernement lancera un nouveau projet pilote, en investissant près de 300 millions de dollars sur trois ans, pour élaborer et faire l’essai de nouvelles approches visant à faciliter l’admissibilité à l’aide financière pour les adultes qui souhaitent retourner aux études après avoir passé plusieurs années sur le marché du travail. Les détails définitifs du programme relativement au projet pilote seront mis au point et confirmés au cours de la prochaine année, en vue du lancement du projet pilote au cours de l’année universitaire 2018-2019.

Ensemble, ces changements se traduiront par une augmentation de l’aide non remboursable destinée aux travailleurs adultes afin de les aider à gérer le coût élevé des études postsecondaires, tout en conciliant les pressions financières associées au fait de s’occuper d’une famille. Par conséquent, environ 10 000 étudiants à temps partiel seront maintenant admissibles aux bourses et aux prêts d’études canadiens chaque année, et environ 13 000 étudiants ayant des personnes à charge seront maintenant admissibles aux bourses d’études canadiennes chaque année. Ces mesures devraient être avantageuses en particulier pour les femmes canadiennes, qui cherchent souvent à améliorer leurs perspectives de carrière tout en conciliant leurs responsabilités familiales.

Acquérir des compétences à l’aide de l’assurance-emploi

La formation professionnelle est souvent l’un des moyens les plus efficaces de s’assurer qu’une personne sans emploi obtient un emploi mieux rémunéré et plus stable. Cependant, il arrive que la pression liée au fait de vouloir se trouver un nouvel emploi le plus rapidement possible compromette l’accès à cette possibilité de formation. Pour aider un plus grand nombre de Canadiens qui sont sans emploi et qui touchent des prestations d’assurance-emploi à obtenir la formation nécessaire pour décrocher un bon emploi bien rémunéré, le budget de 2017 fera en sorte que le programme d’assurance-emploi tire mieux parti des assouplissements actuellement prévus de façon à ce que les Canadiens puissent suivre leur formation tout en conservant leur statut au titre de l’assurance-emploi. Pour les travailleurs sans emploi qui touchent des prestations d’assurance-emploi, cela signifie qu’ils peuvent retourner aux études pour obtenir la formation nécessaire pour se trouver un nouvel emploi – sans crainte de perdre ces prestations nécessaires pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille. Ainsi, les familles canadiennes bénéficieront d’une plus grande sécurité financière à un moment où elles ont le plus besoin d’aide.

Une approche ambitieuse en matière d’apprentissage intégré au travail

L’éducation coopérative et les programmes d’apprentissage intégré au travail représentent pour les étudiants une façon éprouvée d’obtenir l’expérience de travail dont ils ont besoin pour consolider leur curriculum vitæ et bâtir un réseau de personnes-ressources professionnelles.

Le budget de 2017 appuiera un objectif ambitieux d’offrir 10 000 stages d’apprentissage intégré au travail chaque année, par l’entremise de Mitacs, à l’intention des étudiants de niveau postsecondaire et des diplômés canadiens, ce qui représente une hausse par rapport au nombre actuel qui se situe aux environs de 3 750. Le budget de 2017 fournira un financement de 221 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2017-2018, pour réaliser cet objectif et offrir une expérience de travail pertinente à des étudiants canadiens.

Enseigner le codage et les compétences numériques aux enfants

Pour faire en sorte que les jeunes Canadiens soient bien préparés pour faire face à l’incidence des technologies numériques sur les emplois de l’avenir dans l’ensemble du marché du travail, le budget de 2017 investira 50 millions de dollars sur deux ans pour appuyer les organismes en vue d’offrir une formation en compétences numériques aux filles et aux garçons de la maternelle à la douzième année.

Innovation

Afin d’aider le Canada à réaliser son potentiel en tant que leader mondial en matière d’innovation, le gouvernement doit s’assurer que ses services répondent le mieux possible aux besoins des innovateurs et des créateurs d’emplois du pays.

Le Plan pour l’innovation et les compétences du budget de 2017 est un programme qui a pour objectifs de faire du Canada un centre de l’innovation de calibre mondial, d’aider à créer un plus grand nombre de bons emplois bien rémunérés et de contribuer à renforcer et à faire croître la classe moyenne.

Soutenir les innovateurs canadiens

Le budget de 2017 propose de mettre sur pied Innovation Canada, une nouvelle plateforme qui aidera à regrouper et à simplifier des dizaines de programmes d’innovation mis en œuvre dans de nombreux ministères. Elle permettra aux innovateurs canadiens d’avoir accès plus facilement aux programmes d’innovation offerts par le gouvernement et d’en bénéficier, ce qui réduira les démarches et les formalités administratives, donnera un accès plus rapide à des services d’innovation plus pertinents et, au bout du compte, augmentera les fonds dont disposent les innovateurs canadiens pour faire croître leurs entreprises et créer des emplois. Le gouvernement amorcera un examen pangouvernemental des programmes d’innovation en entreprise afin de s’assurer qu’ils sont adaptés de manière efficace aux besoins des innovateurs du Canada, en vue de permettre à ces derniers de transformer leurs idées en entreprises prospères.

Accélérer l’innovation à l’aide des supergrappes

Les grappes – des zones à haute densité d’activités commerciales qui regroupent des entreprises de toutes tailles, des établissements postsecondaires ainsi que des infrastructures et des talents spécialisés – dynamisent les économies et servent de moteurs de croissance. Elles créent des emplois, favorisent le partage des connaissances, stimulent la spécialisation des entreprises et contribuent à attirer des entreprises « phares » de partout dans le monde. Les grappes prospères comme celles de la Silicon Valley, de Berlin, de Tel-Aviv et du corridor Toronto-Waterloo apportent une contribution considérable aux économies régionales et nationales.

Le budget de 2017 propose d’investir jusqu’à 950 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2017-2018, par voie de concours pour appuyer un petit nombre de « supergrappes » d’innovation menées par l’entreprise, qui présentent le plus grand potentiel d’accélération de la croissance économique. Le concours, qui sera lancé en 2017, visera les supergrappes qui viennent accroître la compétitivité mondiale du Canada en mettant l’accent sur des industries très innovatrices comme les technologies propres, la fabrication de pointe, la technologie numérique, les sciences biologiques et de la santé, les ressources propres et l’agroalimentaire, ainsi que l’infrastructure et le transport.

Appuyer les innovateurs canadiens à l’aide du capital de risque

Afin d’appuyer la croissance continue des entreprises innovantes du Canada, le budget de 2017 propose de libérer jusqu’à 400 millions de dollars supplémentaires, par l’entremise de la Banque de développement du Canada et selon la comptabilité de caisse, sur une période de trois ans à compter de 2017-2018. Ces fonds seront destinés à une nouvelle initiative de catalyse du capital de risque, qui viendra accroître le capital de risque accessible aux entrepreneurs canadiens qui en sont à un stade plus avancé de développement (ce capital de risque est typiquement offert aux jeunes entreprises bien établies ayant des ventes et des recettes, dans le but de soutenir leur expansion).

Avec les fonds obtenus du secteur privé, et selon les propositions reçues, cet investissement pourrait permettre d’injecter environ 1,5 milliard de dollars dans le marché canadien des capitaux d’innovation.

L’avantage des technologies propres du Canada

Le marché mondial des technologies propres a dépassé la barre de 1 billion (1 000 milliards) de dollars par année, et sa croissance se poursuivra au cours de la prochaine décennie. Le monde entier est à la recherche de sources d’énergie plus durables et renouvelables, ainsi que de nouvelles technologies pour améliorer la qualité de l’air et de l’eau, et les entreprises canadiennes peuvent être des leaders. Les entreprises canadiennes du secteur des technologies propres sont bien placées pour soutenir la concurrence et être gagnantes dans ce vaste marché mondial en pleine croissance.

Dans le cadre de sa participation à Mission Innovation, le Canada s’est engagé à doubler ses investissements dans la recherche, le développement et la démonstration des énergies propres au cours des cinq prochaines années. Les investissements annoncés dans le budget de 2017 soutiennent cet engagement et aideront le Canada à réduire la pollution causée par le carbone, tout en créant de bons emplois bien rémunérés dans des communautés situées partout au Canada.

Appuyer l’innovation dans les principaux secteurs de croissance

L’économie mondiale devient de plus en plus numérique et le monde adopte des méthodes plus durables pour nourrir les gens et procurer de l’énergie à ceux qui en ont besoin. Le budget de 2017 appuie l’innovation dans les principaux secteurs de croissance – les technologies propres, les industries numériques et l’agroalimentaire – en présentant de nouvelles mesures qui viendront améliorer l’accès au financement, encourager les investissements, appuyer la démonstration de technologies et renforcer la capacité nécessaire pour permettre aux Canadiens de tirer parti des possibilités de croissance et de créer de bons emplois bien rémunérés.

Le budget de 2017 met notamment l’accent sur le secteur des technologies propres, en proposant plus de 2,2 milliards de dollars, selon la comptabilité de caisse, pour appuyer la recherche, le développement, la démonstration et l’adoption des technologies propres, en plus d’accélérer la croissance des entreprises du secteur des technologies propres. Parmi ces mesures, un montant de près de 1,4 milliard en nouveaux fonds, selon la comptabilité de caisse, sera offert sur trois ans à compter de 2017-2018, par l’entremise de la Banque de développement du Canada et d’Exportation et Développement Canada.

« Les travailleurs canadiens font face à une économie en évolution rapide, ce qui aura une incidence importante sur la nature du travail et des emplois de l’avenir. Afin d’être prêt à faire face à ce changement, le Canada doit absolument réexaminer son approche en matière d’apprentissage, de travail et de formation. »
Conseil consultatif en matière de croissance économique

Prêts et bourses d’études canadiens bonifiés

Selena est mère monoparentale d’un garçon de 8 ans. Elle vit à Lethbridge, en Alberta, où elle travaille à titre d’adjointe administrative et gagne un revenu avant impôt de 35 000 $ par année. Selena envisage de s’inscrire à temps partiel à un programme en administration des affaires au Collège de Lethbridge. Le programme lui permettrait de mettre à niveau ses compétences tout en continuant de travailler et de prendre soin de son fils.

En 2016-2017, Selena aurait été admissible à un prêt d’études canadien pouvant aller jusqu’à 10 000 $, mais elle n’aurait pas été admissible à la bourse d’études canadiennes pour étudiants à temps partiel.

À compter de l’année universitaire 2018-2019, l’admissibilité aux bourses d’études à temps partiel sera élargie. En plus des prêts d’études, Selena sera admissible à une bourse d’études canadiennes pour étudiants à temps partiel de 1 800 $, ainsi qu’à un financement sous forme de bourse de 1 360 $ pour les étudiants ayant des enfants à charge. Ainsi, Selena disposera d’un montant total de 3 160 $ en bourses d’études canadiennes non remboursables pour l’aider à assumer le coût de ses études.

LA VERSION PDF 2017 647 KB

Pour consulter un fichier PDF (format de document portable), votre ordinateur doit avoir un lecteur PDF. Si vous n'en avez pas déjà un, il existe de nombreux lecteurs PDF que vous pouvez télécharger gratuitement ou acheter dans Internet.

Date de modification :