Sélection de la langue

Recherche

Partie 1 : 
En finir avec la COVID-19

Sur cette page :

Chapitre 1 :
Garder les Canadiens en santé et en sécurité

Depuis plus d’un an, les Canadiennes et Canadiens vivent la crise de santé publique mondiale la plus grave de notre époque. D’un bout à l’autre du pays, tous les ordres de gouvernement ont travaillé sans relâche pour prévenir les éclosions et protéger des vies.

Depuis le premier jour de cette crise, le gouvernement a agi rapidement pour fournir un soutien rapide aux Canadiens. Que ce soit la Prestation canadienne d’urgence, la Subvention salariale d’urgence du Canada ou les mesures de soutien aux entreprises, ces programmes ont permis aux gens de rester chez eux, en sécurité. En même temps, le gouvernement a obtenu la plus grande quantité de vaccins par habitant de n’importe quel pays, et a instauré certaines des règles frontalières les plus strictes du monde, y compris avec les États-Unis, tout en maintenant les approvisionnements vitaux. Le gouvernement a également appuyé la fabrication nationale, y compris l’équipement de protection individuelle, et a commencé à restaurer les capacités de biofabrication qui n’existaient plus au Canada depuis des décennies.

Le Canada a pris des mesures supplémentaires afin de fermer ses frontières et d’encourager les Canadiens à éviter les déplacements non essentiels, en plus d’avoir mis en place des ordonnances de quarantaine obligatoire, y compris la quarantaine dans des hôtels lorsqu’un voyageur rentrait au pays et devait attendre pour obtenir les résultats de son test de vaccination. Ces mesures frontalières, sans cesse éclairées par les données probantes et les conseils les plus récents, comptent parmi les plus rigoureuses au monde. Protéger la santé et la sécurité de la population canadienne demeure et a toujours été l’ultime priorité du gouvernement du Canada.

Rien n’importe plus que de sauver des vies et d’assurer la sécurité des Canadiens. Nous avons été témoins des effets dévastateurs du virus dans les établissements de soins de longue durée. Nous avons également constaté que les Canadiens racisés et les communautés autochtones affichent des taux d’infection plus élevés.

Des infirmiers, des médecins, des préposés aux bénéficiaires, des techniciens en soins médicaux d’urgence et d’autres travailleurs de première ligne ont bravement soigné des patients, en s’exposant eux-mêmes au risque, et affichant certains des taux d’infection les plus élevés au pays.

Les Canadiens ont fait d’immenses sacrifices pour essayer de contenir le virus. L’isolement, le stress, les dommages économiques et la perturbation de nos vies ont eu de lourdes conséquences sur la santé mentale.

Même si le Canada affronte maintenant la troisième vague de la pandémie, le déploiement de vaccins sûrs et efficaces est une lumière au bout de ce long tunnel.

La campagne d’immunisation la plus importante de l’histoire du Canada bat son plein. Le Canada est en voie de respecter l’engagement qu’il a pris selon lequel tous les Canadiens qui souhaitent être vaccinés le seront d’ici la fin du mois de septembre.

Tandis qu’il achève la bataille, le Canada doit aussi tirer des leçons et agir afin d’être préparé pour les menaces futures. Restaurer la capacité de biofabrication nationale est l’un des aspects cruciaux pour y parvenir. Il est également essentiel d’améliorer le soutien et la protection des aînés, particulièrement ceux qui sont dans des établissements de soins de longue durée.

La dernière année a été difficile, mais des jours meilleurs approchent. D’ici là, le gouvernement du Canada continuera de faire tout ce qui est en son pouvoir pour garder les Canadiens en sécurité.

Figure 1.1
Principaux investissements fédéraux pour lutter contre la COVID-19*
Graphique 1.1: Approvisionnement prévu en vaccins autorisés (cumulatif)

*Ne comprend pas les mesures proposées dans le budget de 2021.

Version texte
Recherche sur les vaccins, et développement et production de vaccins
3,4 G$
Compléments pour les plus petites administrations
43,7 M$
Fonds pour une rentrée scolaire sécuritaire 
2 G$
Dépistage, recherche de contacts et gestion des données
4,3 G$
Accord sur la relance sécuritaire : 13,8 G$ de l'accord de près de 20 G$ conclu pour soutenir les soins de santé
Fonds pour la sécurité des soins de longue durée 
1 G$
Équipement de protection individuelle
7,5 G$
Soutenir les populations vulnérables
740 M$
Capacité des soins de santé
1,2 G$
500 M$ pour les besoins critiques des systèmes de soins de santé (mars 2020)
Proposition de 4 G$ pour aider les systèmes de soins de santé à se rétablir
Achat de vaccins
plus de 9 G$
Soutien aux provinces et aux territoires pour répondre aux priorités des systèmes de soins de santé
4,6 G$
284 M$ pour déployer les vaccins contre la COVID‑19
Déploiement et administration des vaccins 
1,3 G$
137 M$ en soutien supplémentaire aux territoires
Proposition de 1 G$ pour le Plan de vaccination du Canada contre la COVID‑19
Soutien aux communautés autochtones 
2,5 G$
Intervention en santé publique dans les communautés autochtones 
927 M$
Relance sécuritaire dans les communautés autochtones 
442 M$
Fonds de soutien aux communautés autochtones 
1,1 G$
Équipement de protection individuelle 
$2G
Équipement de protection individuelle pour les employés essentiels
$500M (juillet 2020)
Plus d'équipement de protection individuelle pour le secteur de santé
plus que 1,5 G$ (automne 2020)

1.1 Offrir l’accès aux vaccins

Le Canada a le portefeuille de vaccins le plus diversifié au monde. Tandis que le programme de vaccination s’accélère au pays, le gouvernement veille à ce que les provinces, les territoires et les communautés autochtones aient les ressources dont ils ont besoin pour administrer des doses de vaccin aux Canadiens le plus rapidement possible. Le Canada est sur la bonne voie de respecter l’engagement selon lequel chaque Canadien qui le désire sera entièrement vacciné d’ici septembre. Suite aux efforts continus du gouvernement fédéral pour accélérer la livraison des vaccins contre la COVID-19, le Canada a reçu au total 9,5 millions de doses en date de la fin du mois de mars 2021, soit 3,5 millions de plus que l’objectif initial de 6 millions de doses (voir le graphique 1.1).

Graphique 1.1
Approvisionnement prévu en vaccins autorisés (cumulatif)
Graphique 1.1 : Approvisionnement prévu en vaccins autorisés (cumulatif)

Nota – L’approvisionnement prévu au départ représente les livraisons qui étaient attendues pendant les quatre prochains trimestres au 26 janvier 2021, c’est-à-dire avant l’homologation du vaccin d’AstraZeneca et du vaccin de Johnson & Johnson. L’approvisionnement réel correspond au nombre reçu à ce jour, en date de la semaine du 29 mars. L’approvisionnement prévu à l’heure actuelle représente les doses livrées en date du 1er avril 2021. Ces courbes peuvent changer.

L’approvisionnement prévu à l’heure actuelle rend compte des calendriers de livraison révisés pour le vaccin Pfizer. Il faut noter que le fabricant Pfizer s’est engagé récemment à devancer la livraison d’un million de doses en avril et en mai 2021 (5 mars 2021). Ce nombre s’ajoute à l’engagement pris par Pfizer le 30 mars 2021, à devancer la livraison de cinq millions de doses.

Sources : Services publics et Approvisionnement Canada; Agence de la santé publique du Canada

Version texte
  millions de doses
  T4 de
2020
T1 de
2021
T2 de
2021
T3 de
2021
Prévu au départ 0,4 6,0 26,0 71,0
Réel 0,4 9,5 44,0 110,1
Prévu à l'heure actuelle 0,4 9,5 44,0 110,1
Accords bilatéraux avec des fournisseurs de vaccins contre la COVID-19
Vaccins (autorisés par Santé Canada) Type de vaccin Nombre de doses
Pfizer ARNm Jusqu’à 76 millions
Moderna ARNm 44 millions
AstraZeneca Vecteur viral 20 millions
Verity Pharmaceuticals Canada/Serum Institute of India (en collaboration avec AstraZeneca Canada Inc.) Vecteur viral 2 millions
Janssen Vecteur viral Jusqu’à 38 millions
Vaccins (à autoriser par Santé Canada)
Medicago Particule de type viral Jusqu’à 76 millions
Novavax Sous-unité protéique Jusqu’à 76 millions
Sanofi et GlaxoSmithKline Sous-unité protéique Jusqu’à 72 millions
International
Mécanisme international COVAX - Jusqu’à 15 millions

Plan de vaccination du Canada contre la COVID-19

Le gouvernement du Canada couvre le coût total des vaccins qu’il achète et s’assure qu’ils sont offerts gratuitement à tous les Canadiens. Au moment du déploiement, le gouvernement coordonne la livraison à l’ensemble des provinces et des territoires, fournit un soutien logistique et des services d’entreposage à l’échelle nationale pour compléter les capacités provinciales et territoriales, et fournit un soutien pour les campagnes de déploiement de vaccins. De plus, les Forces armées canadiennes aident à la vaccination dans les communautés éloignées.

Le 25 mars 2021, le gouvernement a présenté un projet de loi à la Chambre des communes pour verser aux provinces et aux territoires un paiement ponctuel à hauteur de 1 milliard de dollars, proportionnel au nombre d’habitants, pour administrer les vaccins aux Canadiens le plus rapidement possible.

Les provinces et les territoires, en collaboration avec les municipalités, pourront utiliser ce financement pour payer divers coûts liés aux vaccins, notamment pour recruter et former des vaccinateurs, mettre sur pied des cliniques de vaccination de masse ou des unités de vaccination mobiles, collaborer avec les communautés autochtones pour les aider à administrer le vaccin, et atteindre des populations vulnérables par le biais d’activités de vaccination communautaires.

Réponse internationale à la COVID-19

Pour mettre fin à cette pandémie où que ce soit, nous devons l’enrayer partout dans le monde. Le Canada prend part à la solide réponse mondiale à la pandémie et a consacré à ce jour plus de 2 milliards de dollars pour soutenir les efforts internationaux visant à lutter contre le virus et à atténuer ses répercussions. Le Canada est l’un des membres fondateurs de l’accélérateur de l’accès aux outils contre la COVID-19 (ACT Accelerator) et du Mécanisme pour un accès mondial aux vaccins contre la COVID-19 (Mécanisme COVAX). Il joue également un rôle important dans la Garantie de marché COVAX.

Pour nous assurer de l’emporter dans la lutte mondiale contre la COVID-19 :

1.2 Protéger nos aînés

La pandémie de COVID-19 a eu des effets dévastateurs sur les aînés du Canada.

Bon nombre d’entre eux ont passé les treize derniers mois isolés de leur famille et de leurs amis. Pour un trop grand nombre d’aînés qui habitent dans des établissements de soins de longue durée, la dernière année a été tragique; ils représentent la grande majorité des victimes de la pandémie. Chaque aîné au Canada mérite de vivre dans la dignité, la sécurité et le confort, peu importe sa province ou son territoire de résidence.

Pendant cette période difficile et à l’avenir, il est essentiel de protéger la santé et le mieux-être de nos aînés, et des préposés aux bénéficiaires qui prennent soin d’eux, dont bon nombre sont des femmes, et dont bon nombre sont racisés.

Le gouvernement agit, y compris par l’établissement du Fonds pour la sécurité des soins de longue durée de 1 milliard de dollars, annoncé dans l’Énoncé économique de l’automne de 2020, afin de garantir que les aînés et ceux qui prennent soin d’eux sont bien protégés et bien soutenus, pendant la pandémie et pour les années à venir.

Renforcer les soins de longue durée et les soins de soutien

La pandémie a mis en lumière les problèmes systémiques qui touchent les établissements de soins de longue durée dans l’ensemble du pays. Le gouvernement se réjouit d’apprendre que l’Organisation de normes en santé et l’Association canadienne de normalisation lancent un processus pour aider à résoudre ces problèmes au Canada. L’Organisation de normes en santé et l’Association canadienne de normalisation travaillent avec les gouvernements, avec des intervenants et avec la population canadienne afin d’élaborer des normes nationales qui aideront à orienter les discussions qui se poursuivent avec les provinces et les territoires sur l’amélioration de la qualité de vie des aînés dans les établissements de soins de longue durée.

Afin de protéger les aînés partout au Canada et d’atteindre ces objectifs :

Aider les aînés à vieillir dans la dignité à la maison

Après toute une vie de travail acharné, les aînés veulent mener une vie saine et indépendante, en toute sécurité. Les aînés souhaitent continuer d’habiter dans leur maison, dans les collectivités qui les soutiennent, le plus longtemps possible,. Toutefois, cela peut devenir de plus en plus difficile au fur et à mesure qu’ils vieillissent. Ainsi, de nombreux aînés vulnérables entrent dans des établissements de soin de soutien alors qu’ils n’en auraient pas eu besoin aussi tôt s’ils avaient été mieux soutenus à la maison. Afin d’explorer de nouvelles façons d’aider les aînés à domicile pendant plus longtemps :

Le gouvernement propose aussi de bonifier les prestations de la Sécurité de la vieillesse pour les aînés de 75 ans et plus, à compter de 2022. Les détails sont présentés au chapitre 7.

1.3 Renforcer notre système de santé

Tout au long de la pandémie, les responsables de la santé publique, les administrateurs d’hôpitaux et les travailleurs de la santé ont redoublé d’efforts pour protéger les Canadiens et sauver des vies. La pandémie exerce néanmoins une pression énorme sur les soins de santé à l’échelle du Canada.

Le gouvernement fédéral réalise des investissements en vue de renforcer les systèmes de santé publics pour qu’ils puissent continuer de fournir des soins de calibre mondial aux Canadiens durant la pandémie de COVID-19.

Chaque année, le gouvernement fédéral fournit un soutien important aux systèmes de soins de santé provinciaux et territoriaux par l’entremise du Transfert canadien en matière de santé. Pour 2021-2022, ce montant s’élève à 43,1 milliards de dollars. Il s’ajoute à d’autres mesures de soutien au système de soins de santé offertes pendant la pandémie, comme l’approvisionnement en vaccins et en équipement de protection individuelle, et d’autres mesures (voir la figure 1.1).

Aider nos systèmes de soins de santé à se rétablir

Dans la lutte contre la COVID-19, de nombreuses procédures médicales ont dû être reportées. Les systèmes de soins de santé doivent composer avec des retards considérables, qui exigent du temps et des ressources pour être rattrapés. Le gouvernement fédéral continue de soutenir les provinces et les territoires, notamment pour répondre à des besoins urgents en soins de santé.

Conformément à l’annonce faite en mars 2021, le gouvernement fédéral propose d’accorder aux provinces et aux territoires la somme de 4 milliards de dollars sous la forme d’un supplément ponctuel au Transfert canadien en matière de santé. Ces fonds aideront les systèmes de santé à garantir que les Canadiens reçoivent les interventions et les traitements dont ils ont besoin pour demeurer en santé, et à résorber le retard en matière d’interventions médicales. Le gouvernement a clairement affirmé qu’il sera là pour appuyer les besoins croissants des provinces en soins de santé à long terme, une fois que nous aurons surmonté la crise de la COVID.

Coopération en matière de réglementation avec des partenaires internationaux dignes de confiance

Le gouvernement est déterminé à améliorer le processus d’homologation de médicaments du Canada en misant sur l’harmonisation et la collaboration avec des organismes de réglementation dignes de confiance ailleurs dans le monde. La coopération en matière de réglementation avec des autorités dignes de confiance permettra d’accéder plus rapidement et plus facilement à des médicaments qui sauvent des vies, et d’offrir plus rapidement aux Canadiens des médicaments sûrs et efficaces.

Renouveler le Fonds d’investissement-santé pour les territoires

Tous les Canadiens, peu importe où ils vivent au pays, devraient avoir la certitude qu’ils peuvent avoir accès à des soins de santé publics fiables et bien financés. Afin d’aider les territoires à surmonter les défis liés à la prestation de services de soins de santé dans le Nord :

1.4 Soutenir la santé mentale

Quarante pour cent (40 %) des Canadiens affirment que leur santé mentale s’est détériorée au cours de la dernière année; cette proportion est de 61 % chez les personnes qui souffraient déjà de problèmes de santé mentale.

Depuis 2015, le gouvernement fournit des fonds aux provinces et aux territoires pour améliorer les services de santé mentale et réalise des investissements importants pour appuyer les services de santé mentale autochtones. De plus, tout au long de la pandémie, le gouvernement a lancé des outils virtuels novateurs de soins de santé mentale.

Le gouvernement fédéral comprend qu’il faut adopter une approche globale de la santé mentale. Les nombreux investissements faits par le gouvernement pour assurer une relance solide et inclusive tiennent compte des facteurs sociaux et économiques de la santé mentale; ils contribueront à améliorer le bien-être mental de tous les Canadiens et complèteront les investissements visant à améliorer les services offerts en santé mentale.

Figure 1.2
Mesures du budget de 2021 visant à aborder les facteurs sociaux et économiques de la santé mentale
Figure 1.2: Mesures du budget de 2021 visant à aborder les facteurs sociaux et économiques de la santé mentale

*Voir le chapitre 8 pour des renseignements sur les mesures plus vastes prises en réponse à la tragédie des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées.
*À noter que les montants totaux s’échelonnent sur une période de cinq ans.

Version texte
Éducation
4,7 G$ pour rendre les études postsecondaires plus abordables et alléger la dette des étudiants
1,2 G$ pour les programmes d'éducation autochtone
Bons emplois
10,1 G$ pour prolonger la Subvention salariale d'urgence du Canada et protéger des millions d'emplois 500 000 nouveaux emplois et possibilités de formation pour les Canadiens, y compris 215 000 nouvelles possibilités pour les jeunes
Environnement
3,52 G$ pour l'adaptation aux changements climatiques
3,56 G$ pour protéger la nature du Canada, y compris en protégeant 25 % de nos terres et de nos océans d'ici 2025
200 M$ pour les infrastructures naturelles, y compris dans les régions urbaines
Soins de santé de haute qualité
Jusqu'à 1 G$ pour le Plan de vaccination du Canada contre la COVID‑19
Jusqu'à 5,4 G$ pour soutenir nos systèmes de soins de santé
994,6 M$ pour les soins de santé mentale, y compris pour les anciens combattants et les Autochtones
3 G$ pour avoir des établissements de soins de longue durée plus sûrs
116 M$ pour lutter contre les opioïdes et la consommation de substances
52,6 M$ pour améliorer la santé sexuelle et génésique des Canadiens
Communautés sécuritaires et favorables
855 M$ pour des organismes de bienfaisance et des organismes communautaires
90 M$ pour aider les aînés à vieillir à la maison
612 M$ pour lutter contre l'itinérance
1,26 G$ pour des services de police réactifs et des mesures pour lutter contre le racisme systémique dans le système de justice
Mode de vie sain et actif
94,3 M$ pour le sport
886,9 M$ pour les arts et la culture
400 M$ pour les festivals et les événements
Inclusion sociale et égalité des sexes
29,8 G$ pour établir un système pancanadien d'apprentissage et de garde des jeunes enfants
601,3 M$ pour faire progresser un plan d'action national en vue de mettre un terme à la violence fondée sur le sexe
56,6 M$ pour soutenir les organisations de femmes autochtones et pour mettre en œuvre et surveiller la réponse du gouvernement à la FFADA*
11 M$ pour la Fondation canadienne des relations raciales
Équité salariale
Salaire minimum fédéral de 15 $ l'heure
8,9 G$ pour l'Allocation canadienne pour les travailleurs, qui pourrait permettre à près de 100 000 travailleurs de sortir de la pauvreté
99,9 M$ pour les prestations d'assurance‑emploi additionnelles des travailleurs saisonniers
2,6 G$ pour aider les personnes vulnérables à trouver un logement abordable

Normes nationales relatives aux services de santé mentale

Avant la pandémie, près d’un Canadien sur dix estimait que ses besoins en matière de santé mentale n’étaient pas satisfaits. Il faut élaborer un ensemble de normes nationales claires afin de permettre aux Canadiens d’accéder rapidement à des soins, à un traitement et à du soutien. Afin d’avancer vers l’adoption de normes nationales en matière de santé mentale :

Soutenir la santé mentale des personnes les plus touchées par la COVID-19

C’est chez les jeunes que la santé mentale s’est dégradée le plus par rapport aux niveaux d’avant la pandémie. Sept travailleurs de la santé sur dix indiquent que leur état de santé mentale s’est détérioré pendant la pandémie. Chez les Autochtones, la proportion est de 64 %. Les Canadiens noirs et racisés se heurtent aussi à des défis distincts en ce qui concerne la santé mentale, notamment le racisme structurel et les inégalités quant à l’accès aux soins.

Afin d’aider les populations les plus touchées par la COVID-19 à gérer leurs problèmes de santé mentale :

Le chapitre 7 décrit un soutien supplémentaire à la santé mentale des anciens combattants. Le chapitre 8 décrit les investissements visant à soutenir la santé mentale dans les communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis.

Investir dans le portail Espace mieux‑être Canada

En avril 2020, le gouvernement du Canada a lancé le portail Espace mieux-être Canada afin de permettre aux Canadiens d’obtenir gratuitement du soutien, des traitements et de l’information fiable en ligne. Le portail Espace mieux-être Canada est accessible dans toutes les provinces et tous les territoires, et à ce jour, plus de 1,1 million de personnes ont accédé au portail et assisté à plus de 3,5 millions de séances Web.

Depuis 2015, le gouvernement fédéral a investi plus de 8 milliards de dollars afin de fournir aux Canadiens de meilleurs services de soins en santé mentale.

Investissements antérieurs dans les soins en santé mentale

Dans le cadre des accords de 2017 sur les soins à domicile et la santé mentale, le gouvernement fédéral a versé la somme de 5 milliards de dollars sur 10 ans aux provinces et aux territoires afin d’améliorer l’accès aux services de santé mentale et de traitement des toxicomanies.

Au cours de cette période, près de 1,9 milliard de dollars ont été investis dans les services de santé mentale aux Autochtones, ce qui comprend la somme de 1 milliard dans le budget de 2021 (de plus amples renseignements se trouvent au chapitre 8). Ces investissements s’ajoutent aux programmes actuels de mieux-être mental et aux soutiens offerts en vertu du principe de Jordan aux jeunes Autochtones et dans le cadre du Programme des services de santé non assurés.

Depuis le début de la pandémie, le gouvernement a investi près de 250 millions de dollars afin d’élaborer des outils pour les soins virtuels et pour la santé mentale, et pour soutenir le programme Jeunesse, J’écoute. Le financement proposé augmenterait le soutien au portail Espace mieux-être Canada.

Travailler à l’établissement d’une nouvelle ligne d’aide pour les situations de crise

La pandémie de COVID-19 a exacerbé les problèmes de santé mentale existants des Canadiens et a augmenté le nombre de Canadiens en situation de crise. Faciliter l’accès aux services de santé mentale aura des avantages considérables pour les Canadiens et aidera à sauver des vies. Le financement de Jeunesse, J’écoute, qui a été initialement fourni en 2020-2021, a été prolongé jusqu’en 2021-2022 pour assurer la continuité des services de counseling aux jeunes pendant la pandémie de COVID-19.

L’Agence de la santé publique du Canada continue de collaborer avec le Centre de toxicomanie et de santé mentale et ses partenaires pour mettre en œuvre et maintenir un service pancanadien élargi de prévention du suicide. Une fois ce service entièrement mis en œuvre, les Canadiens de l’ensemble du pays auront un accès bilingue et en tout temps à un service de soutien en cas de crise, et ce, en ayant recours à la technologie de leur choix : voix, texte ou clavardage.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes lance des démarches réglementaires afin de tenir des consultations au sujet de la proposition d’une ligne d’aide à trois chiffres afin que les Canadiens aient un numéro facile à retenir qu’ils peuvent appeler lorsqu’ils ont besoin d’aide. Le gouvernement appuie ces efforts, notamment en assurant la disponibilité des fonds qui permettront de créer cette ligne d’aide.

Soutien pour les Canadiens en situation de détresse

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez êtes en situation de détresse, vous pouvez consulter le portail Espace mieux‑être Canada (espacemieuxetre.ca), ou appeler le Service canadien de prévention du suicide au 1-833-456-4566. Les Canadiens âgés de 5 à 29 ans peuvent appeler Jeunesse, J’écoute, au 1-800-668-6868.

Les Autochtones peuvent aussi communiquer avec Hope for Wellness, au 1-855-242-3310.

1.5 Investir dans la recherche et dans la science

Une relance résiliente et durable repose notamment sur un plan de préparation aux pandémies, dont un aspect essentiel est l’investissement stratégique dans la recherche de pointe en sciences de la vie et en biotechnologie. Ces domaines, essentiels à notre sécurité, représentent des secteurs en pleine croissance qui attirent l’investissement et où se créent des emplois bien rémunérés.

Depuis le début de la pandémie, le gouvernement a financé et coordonné l’intervention biomédicale et scientifique. Du Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg, qui dirige des dizaines de projets de réponse à la COVID-19 dans ses laboratoires de niveau 4; à l’investissement dans AbCellera à Vancouver, ce qui a contribué à la création d’un anticorps thérapeutique de premier plan; à la société Medicago de Québec, qui travaille à développer un vaccin expérimental de premier plan; à la mise sur pied du Centre de production de produits biologiques du Conseil national de recherches du Canada pour la fabrication de vaccins, le Canada s’est fondé sur ses forces pour réagir à cette pandémie.

En renforçant les capacités nationales en sciences de la vie et en biofabrication, le Canada pourra bénéficier d’une source d’approvisionnements en vaccins plus fiable à l’avenir.

Renforcer le secteur de la biofabrication et des sciences de la vie du Canada

Au Canada, le secteur des sciences de la vie et de la biofabrication est en pleine croissance, et représente une priorité qui va au-delà de la réponse à la COVID-19. Il s’agit d’un secteur en pleine croissance qui appuie des milliers de bons emplois pour la classe moyenne.

Plusieurs autres initiatives proposées dans le budget de 2021 proposent un soutien ciblé pour le secteur des sciences de la vie et de la biofabrication. Ces mesures, y compris les suivantes, forment un véritable pilier de l’investissement du gouvernement dans le secteur :

Les investissements susmentionnés seraient renforcés par d’autres mesures proposées dans le budget de 2021, y compris la stratégie pancanadienne sur la génomique, la stratégie pancanadienne sur l’intelligence artificielle, l’élargissement du Programme d’aide à la recherche industrielle, le soutien en vue d’aider les entreprises à puiser dans l’expertise en matière de propriété intellectuelle, les efforts déployés pour attirer des travailleurs et contribuer au perfectionnement de leurs compétences, et l’élargissement des occasions d’apprentissage intégré au travail. Ces investissements offrent un soutien aux entreprises à divers stades de maturité et permettent aux efforts de recherche et de développement du Canada d’être plus étroitement liés aux mesures de commercialisation et de développement des entreprises. Des détails supplémentaires se trouvent aux chapitres 3 et 4.

Lutte contre la résistance aux antimicrobiens

L’Organisation mondiale de la Santé estime que la résistance aux antimicrobiens est l’une des dix principales menaces pour la santé publique avec lesquelles l’humanité doit composer. Elle se produit quand des bactéries, des virus, des champignons et des parasites mutent et ne réagissent plus aux médicaments. Selon les estimations, la résistance aux antimicrobiens pourrait coûter la vie à 396 000 Canadiens d’ici 2050 si l’on ne fait rien pour s’attaquer à ce phénomène.

1.6 Un plan pour la réouverture sûre de nos frontières

Le gouvernement a mis en œuvre des restrictions aux déplacements rigoureuses et des mesures de santé publique strictes aux postes frontaliers et aux aéroports afin de ralentir la propagation de la COVID-19. À l’heure actuelle, le gouvernement continue de recommander fortement d’éviter tout voyage non essentiel.

Avant toute réouverture des frontières, le gouvernement s’emploiera à accroître la sécurité et l’efficacité de nos frontières, de manière à ce que le Canada soit prêt pour une relance solide et sécuritaire.

Soutenir le transport aérien sécuritaire

Les voyages en avion ont considérablement chuté pendant la pandémie de COVID-19. Pour permettre la reprise des déplacements aériens en toute sécurité, lorsque les conditions le permettront, en prévenant la transmission de la COVID-19 et en protégeant les voyageurs :

Afin de renforcer la désinfection aux points de contrôle :

Ces mesures contribueraient à rétablir la confiance des Canadiens dans la sûreté des voyages aériens quand les restrictions de santé publique et les mesures frontalières seront rajustées, et appuieraient la relance des secteurs du transport aérien et du tourisme au pays, tous deux durement touchés et dont dépendent de nombreux Canadiens pour assurer leurs moyens de subsistance et leur emploi.

Continuer de protéger les voyageurs aériens

L’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA) joue un rôle crucial dans la sûreté des voyages aériens, puisqu’elle assure le contrôle des voyageurs et de leurs bagages (ainsi que des travailleurs aéroportuaires). L’ACSTA a adopté des pratiques de contrôle renforcé, comme la prise de la température dans les aéroports les plus achalandés du Canada, dans le but de prévenir la transmission de la COVID-19. Afin de protéger les voyageurs aériens :

Soutenir les travailleurs étrangers temporaires pendant leur quarantaine

Environ 4 000 employeurs canadiens des secteurs de l’agriculture, de la pêche et de la production et de la transformation des aliments comptent sur des travailleurs étrangers temporaires chaque année pour combler jusqu’à 60 000 emplois et remédier aux pénuries de main-d’œuvre dans le pays. Ces travailleurs sont importants pour maintenir les activités essentielles du secteur de l’agriculture et la production alimentaire au Canada. Ils doivent se conformer aux exigences d’isolement en vertu de la Loi sur la quarantaine, ce qui représente un coût pour les employeurs :

Ce programme a été lancé afin de stabiliser le marché du travail et la chaîne d’approvisionnement alimentaire. Il a également permis de s’assurer que les Canadiens aient de quoi manger lorsque la pandémie a frappé pour la première fois. De plus, grâce à ce programme, on veille à ce que les travailleurs migrants ne supportent pas injustement les coûts de leur période de quarantaine.

D’autres mesures qui proposent de réformer le Programme des travailleurs étrangers temporaires se trouvent au chapitre 6.

Chapitre 1
Protéger la santé des Canadiens
M$
  2020-
2021 
2021-
2022 
2022-
2023 
2023-
2024 
2024-
2025 
2025-
2026 
Total
1.1. Offrir l’accès aux vaccins
1 000 375 0 0 0 0 1 375
Plan de vaccination du Canada contre la COVID-19 1 000 0 0 0 0 0 1 000
Réponse internationale à la COVID-19 0 375 0 0 0 0 375
1.2. Protéger nos aînés
0 17 639 653 609 607 2 525
Renforcer les soins de longue durée et les soins de soutien 0 2 609 608 609 607 2 435
Aider les aînés à vieillir dans la dignité à la maison 0 15 30 45 0 0 90
1.3. Renforcer notre système de santé
4 000 27 27 0 0 0 4 054
Aider nos systèmes de soins de santé à se rétablir 4 000 0 0 0 0 0 4 000
Renouveler le Fonds d’investissement-santé pour les territoires 0 27 27 0 0 0 54
1.4. Soutenir la santé mentale
0 140 83 35 0 0 257
Normes nationales relatives aux services de santé mentale 0 48 48 0 0 0 95
Soutenir la santé mentale des personnes les plus touchées par la COVID-19 0 30 35 35 0 0 100
Investir dans le portail Espace mieux-être Canada 0 62 0 0 0 0 62
1.5. Investir dans la recherche et dans la science
0 237 275 199 198 6 916
Renforcer le secteur de la biofabrication et des sciences de la vie du Canada 0 251 297 206 192 0 946
Moins : Fonds provenant des ressources ministérielles actuelles
0 -15 -29 -14 0 0 -59
Lutte contre la résistance aux antimicrobiens 0 2 7 7 6 6 29
1.6. Un plan pour la réouverture sûre de nos frontières 0 424 10 10 39 39 523
Soutenir le transport aérien sécuritaire 0 96 10 10 39 39 194
Continuer de protéger les voyageurs aériens 0 271 0 0 0 0 271
Soutenir les travailleurs étrangers temporaires pendant leur quarantaine 0 58 0 0 0 0 58
Investissements supplémentaires – Protéger la santé des Canadiens 0 9 0 0 0 0 9
Maintenir des outils numériques fédéraux liés à la COVID-19 pour informer les Canadiens 0 9 0 0 0 0 9
Financement pour Santé Canada afin d’assurer la disponibilité continue d’outils numériques fédéraux liés à la COVID-19 qui fournissent des renseignements à jour et des ressources précieuses aux Canadiens pendant la pandémie, y compris l’application mobile du Canada sur la COVID-19 et l’outil fédéral d’auto-évaluation de la COVID-19. Ensemble, ces outils aident les Canadiens et leurs familles à se tenir au courant au sujet de la COVID-19.
Chapitre 1 – Incidence budgétaire nette 5 000 1 229 1 033 897 847 652 9 658
Nota – Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.
*Annoncé en mars 2021.

Chapitre 2 :
Soutenir les Canadiens et les entreprises jusqu’à la relance

Face à la pandémie de COVID-19, le gouvernement a agi rapidement pour fournir du soutien en vue de protéger les Canadiens et les entreprises canadiennes, en adaptant sa réponse à l’évolution de la pandémie.

La vaste gamme de mesures de soutien du gouvernement a aidé des familles, a permis de protéger des emplois et a appuyé des entreprises partout au Canada. Plus de huit dollars sur chaque tranche de dix dollars investis dans la lutte contre la COVID-19 et dans le soutien aux Canadiens continuent de provenir du gouvernement fédéral.

Tableau 2.1
Intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19 – Mesures de soutien fédérales, provinciales et territoriales
Fédérales Provinciales et territoriales Total
Incidence (milliards de dollars)
Mesures directes de lutte contre la COVID-19 et de soutien aux personnes 345,6 77,6 423,2
Reports du paiement d’impôts et de taxes 85,1 31,5 116,6
Soutien au crédit 81,9 2,6 84,5
Total 512,6 111,6 624,2
Part des dépenses (%)
Mesures directes de lutte contre la COVID-19 et de soutien aux personnes 81,7 18,3 100
Reports du paiement d’impôts et de taxes 73,0 27,0 100
Soutien au crédit 96,9 3,1 100
Total 82,1 17,9 100
Nota – Annonces du gouvernement fédéral et des gouvernements provinciaux et territoriaux; calculs du ministère des Finances du Canada. En date du 9 avril 2021. Pour les totaux fédéraux, les données tiennent compte des répercussions totales, ce qui diffère du coût budgétaire selon la comptabilité d’exercice. Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.

Grâce au travail acharné et au sacrifice des Canadiens au cours de la dernière année, ces mesures ont permis de stabiliser l’économie et de prévenir les cicatrices. Très tôt, des indices ont montré que le pays connaîtra une relance vigoureuse. Jusqu’à maintenant, le rebond économique du Canada a dépassé les attentes des prévisionnistes et se compare favorablement à celui de ses pays pairs. Le Canada a connu une hausse record d’environ 40 % de la croissance annualisée du PIB réel au troisième trimestre de 2020 et une hausse de 10 % de la croissance annualisée du PIB réel au quatrième trimestre, ce qui place le Canada au deuxième rang des pays du G7. Le Canada a également récupéré environ 90 % des emplois perdus pendant la pandémie et dépasse les États-Unis à cet égard, qui a récupéré moins des deux tiers des emplois perdus.

Malgré ces signes encourageants, le virus demeure une menace grave pour les Canadiens. Les restrictions de santé publique sont toujours en vigueur et de nouveaux variants de la COVID-19 rendent les conditions économiques incertaines pour les mois à venir.

Aujourd’hui, plus d’un demi-million de Canadiens qui avaient un emploi avant la crise sont toujours sans emploi ou travaillent à des heures réduites. Cette situation est pire que celle au plus fort de la récession de 2008. De nombreuses entreprises, en particulier celles qui dépendent de relations directes avec la clientèle ou des voyages, éprouvent toujours de grandes difficultés.

Le gouvernement fera tout ce qu’il faudra pour que les Canadiens puissent se remettre de cette crise. À cette fin, le gouvernement a mis au point un cadre pour orienter les décisions clés sur la manière d’assurer la transition des programmes temporaires, comme les prestations pour la relance économique, la subvention salariale et la subvention pour le loyer, au fur et à mesure que nous passons de la crise à la relance. Ces mesures de soutien économique resteront en place, sans changement, au moins jusqu’en juillet 2021, après quoi elles entreront dans une transition progressive, mais ciblée, au début de l’automne.

Ce calendrier est fondé sur les progrès continus du déploiement des vaccins au printemps et au début de l’été et sur le fait que d’ici septembre, tous les Canadiens qui veulent être vaccinés seront vaccinés. Si la situation venait à changer au cours de la pandémie, le gouvernement adopterait une approche souple pour s’assurer que les Canadiens et les entreprises canadiennes bénéficient du soutien dont ils ont besoin.

Le gouvernement reconnaît que certaines industries plus durement touchées auront besoin d’aide au-delà de l’automne, raison pour laquelle le budget de 2021 propose une série d’investissements pour continuer de soutenir les travailleurs et les employeurs les plus touchés.

2.1 Protéger les emplois et soutenir les entreprises

La situation économique reste inégale dans différents secteurs du pays.

Les entreprises à contacts étroits, comme le commerce de détail, les restaurants et les arts de la scène font face à des restrictions intermittentes et à une faible demande tant et aussi longtemps que les Canadiens continuent de rester chez eux. Ces entreprises, dont plusieurs sont des petites entreprises, emploient une plus grande proportion de femmes, de jeunes et de Canadiens racisés, et elles ont accusé des pertes de recettes graves et continues (graphique 2.1). Dans les secteurs moins touchés par les restrictions, comme les services professionnels et la construction, le nombre d’entreprises entièrement ouvertes a connu un important rebond (graphique 2.2).

Dans l’ensemble, la confiance est manifestement à la hausse du côté des entreprises, stimulée par la perspective d’une vaccination de masse et d’un retour progressif à la normale. Toutefois, une reprise complète prendra du temps.

Graphique 2.1
Pourcentage des entreprises qui ont perdu au moins 20 % de leurs revenus en 2020, par taille d’entreprise, certaines industries
Graphique 2.1 : Pourcentage des entreprises qui ont perdu au moins 20 % de leurs revenus en 2020, par taille d’entreprise, certaines industries

Source : Statistique Canada

Version texte
  %
100 employés ou plus 27,2
De 20 à 99 employés 38,0
De 5 à 19 employés 45,0
De 1 à 4 employés 44,4
Hébergement/restauration 74,1
Arts/spectacles/loisirs 68,3
Autres services personnels 58,7
Transport 48,4
Information/culture 46,8
Graphique 2.2
Pourcentage des petites entreprises entièrement ouvertes, certaines industries
Graphique 2.2 : Pourcentage des petites entreprises entièrement ouvertes, certaines industries

Nota – Pour les mois où il y a eu plus d’un sondage, les résultats correspondent à la moyenne. Le dernier point de données correspond à avril 2021 et pourrait être révisé après le sondage d’avril de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante.
Source : Fédération canadienne de l’entreprise indépendante

Version texte
  %
   Commerce de détail Construction Services professionnels Arts, loisirs et information Accueil
Mars
2020
35,6 47,6 38,4 12,2 7,4
Avr.
2020
14,5 24,7 31,7 8,6 4,6
Mai
2020
22,3 43,2 39,9 11,1 5,1
Juin
2020
47,6 74,1 60,2 22,1 16,8
Juil.
2020
57,1 83,5 66,4 32,5 29,4
Août
2020
60,7 88,5 71,6 42,6 35,4
Sept.
2020
63,2 87,1 72,9 43,9 32,4
Oct.
2020
67,6 86,9 74,0 42,7 37,0
Nov.
2020
67,4 87,2 75,4 35,1 29,9
Déc.
2020
65,3 84,0 74,2 28,8 25,2
Janv.
2021
37,2 65,7 66,2 19,0 11,6
Févr.
2021
49,5 71,0 69,1 18,5 12,7
Mars
2021
64,4 82,0 73,6 30,1 17,3
Avr.
2021
47,7 81,4 64,3 19,9 14,0

Les mesures de soutien du gouvernement fédéral ont protégé des emplois et contribué à limiter le nombre de fermetures d’entreprises permanentes. En prévenant les dommages, le gouvernement a facilité le rebond rapide du Canada. La Subvention salariale d’urgence du Canada a appuyé, à différents moments, plus du quart de l’emploi dans le secteur privé et un pourcentage encore plus élevé dans certaines industries durement touchées, comme les services d’hébergement et de restauration (graphique 2.3). Les cas d’insolvabilité sont demeurés faibles, jusqu’à présent, et inférieurs aux niveaux historiques (graphique 2.4).

Graphique 2.3
Pourcentage des travailleurs du secteur privé couverts par la Subvention salariale d’urgence du Canada, par industrie, novembre 2020
Graphique 2.3 : Share of Private Sector Workers Covered by the Canada Emergency Wage Subsidy, by Industry, November 2020

Nota – Les travailleurs du secteur privé comprennent les travailleurs indépendants constitués en société. Les autres services comprennent les services de soutien aux entreprises et les services relatifs aux bâtiments. Les services professionnels comprennent la finance et les services immobiliers.
Sources : Agence du revenu du Canada; calculs du ministère des Finances Canada

Version texte
  %
Hébergement et restauration 69,7
Éducation 50,0
Arts, culture et loisirs 47,0
Autres services 41,9
Fabrication 33,5
Pétrole et gaz 31,8
Toutes les industries 30,7
Constr. et transport 28,5
Comm. de détail et de gros 23,0
Santé et ass. sociale 22,6
Agr., for., pêche et chasse 21,2
Services professionnels 15,7
Services publics 6,7
Graphique 2.4
Cas mensuels d’insolvabilité d’entreprises
Graphique 2.4 : Cas mensuels d’insolvabilité d’entreprises

Nota – Données désaisonnalisées par Haver Analytics. Les données comprennent les faillites et les propositions.
Source : Bureau du surintendant des faillites Canada

Version texte
  Nombre de cas d'insolvabilité
  2019 2020
Janv. 327 345
Févr. 287 294
Mars 322 225
Avr. 343 155
Mai 305 187
Juin 315 270
Juill. 378 242
Août 274 207
Sept. 273 250
Oct. 288 220
Nov. 282 197
Déc. 286 211

Prolonger la Subvention salariale d’urgence du Canada

La Subvention salariale d’urgence du Canada a aidé plus de 5,3 millions de Canadiens à conserver leur emploi et a réparti plus de 73 milliards de dollars en soutien dans l’économie canadienne.

Le programme de la subvention salariale devrait expirer en juin 2021. Afin de permettre aux Canadiens de passer à travers le reste de la crise jusqu’à la reprise, le soutien doit se poursuivre. Pour donner aux travailleurs et aux employeurs de la certitude et de la stabilité au cours des prochains mois :

L’extension de ce soutien signifie que des millions d’emplois continueront d’être protégés. De plus, le gouvernement propose de mettre en œuvre le nouveau programme d’embauche pour la relance économique du Canada, qui est décrit plus loin dans le chapitre 4. Cela fournirait un autre soutien aux entreprises touchées par la pandémie pour les aider à embaucher plus de travailleurs à mesure que l’économie rouvre. Le programme d’embauche serait en place de juin à novembre 2021, ce qui permettrait aux entreprises de passer de la Subvention salariale d’urgence du Canada à cette nouvelle aide.

On estime que la prolongation de la subvention salariale coûtera 10,1 milliards de dollars en 2021-2022.

Le gouvernement demandera l’autorisation législative pour lui permettre de prolonger davantage le programme par voie de règlement jusqu’au 20 novembre 2021, si la situation économique et de santé publique nécessite un soutien supplémentaire au-delà de septembre 2021.

Pour en savoir plus, veuillez consulter l’annexe 6.

Assurer le soutien des travailleurs grâce à la Subvention salariale d’urgence du Canada

L’objectif de la subvention salariale a toujours été de préserver et de protéger les emplois des Canadiens. Elle a été conçue pour y arriver en s’assurant que les employeurs qui avaient subi des baisses de revenu pendant la pandémie avaient l’appui dont ils avaient besoin pour maintenir leurs employés sur la liste de paie et les encourager à réembaucher des employés mis à pied. Les Canadiens s’attendent à ce que les entreprises ayant recours au soutien du gouvernement pour fonctionner – et surtout en cette période de difficultés personnelles généralisées – n’augmentent pas la rémunération de leurs cadres supérieurs.

Toute société cotée en bourse qui décide d’augmenter la rémunération des cadres supérieurs pendant cette période difficile, tout en recevant l’appui des contribuables, peut voir ses fonds de la subvention salariale récupérés.

Nous reconnaissons ainsi que le programme est destiné à servir les travailleurs et que, pendant la reprise, les entreprises qui augmentent le salaire des cadres supérieurs ont clairement démontré qu’elles ont les ressources nécessaires pour soutenir les travailleurs.

Prolongation de la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer et de la mesure de soutien en cas de confinement

La Subvention d’urgence du Canada pour le loyer et la mesure de soutien en cas de confinement ont aidé plus de 154 000 organismes à assumer les frais de loyer et d’hypothèque, ainsi que d’autres dépenses. La subvention pour le loyer fournit aux organismes admissibles un soutien direct et facile d’accès pour assumer les frais de location. Plus important encore, elle est offerte directement aux locataires. Quant à la mesure de soutien en cas de confinement, elle offre aux organismes admissibles à la subvention pour le loyer une subvention supplémentaire s’ils sont assujettis à un confinement ou s’ils doivent restreindre considérablement leurs activités en vertu d’un décret de santé publique. À ce jour, ces mesures ont permis de fournir une aide de 2,6 milliards de dollars aux entreprises canadiennes.

Le programme devrait expirer en juin 2021. Pour que les Canadiens puissent passer à travers le reste de la crise et en sortir pour profiter de la relance, le maintien du soutien est nécessaire.

On estime que la prolongation de la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer et de la mesure de soutien en cas de confinement coûtera 1,9 milliard de dollars pour l’exercice 2021-2022.

Le gouvernement demandera l’autorisation législative de pouvoir prolonger le programme par voie de règlement jusqu’au 20 novembre 2021, si la situation économique et de santé publique exigeait un soutien supplémentaire au delà de septembre 2021.

Pour en savoir plus, veuillez consulter l’annexe 6.

Prolongation du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes

Le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) a accordé des prêts sans intérêt, assortis d’une radiation partielle, à plus de 850 000 petites entreprises canadiennes. En décembre 2020, le gouvernement a relevé la valeur du prêt de 40 000 $ à 60 000 $, pour venir en aide aux petites entreprises jusqu’à la relance. Si une entreprise rembourse ses prêts d’ici le 31 décembre 2022, jusqu’au tiers de la valeur des prêts qui lui sont accordés (soit jusqu’à 20 000 $), sera radié. En tenant compte de la pandémie qui sévit, le gouvernement a récemment prolongé la date limite de présentation des demandes au titre du CUEC jusqu’au 30 juin 2021.

Quelques demandeurs n’ont pas facilement accès au programme, notamment les entreprises autochtones et rurales. Pour faire en sorte que ces entreprises ne soient pas laissées pour compte, le gouvernement offre un soutien semblable par l’intermédiaire du Fonds d’aide et de relance régionale et de l’Initiative de soutien aux entreprises autochtones. Dans l’optique de s’assurer que ces entreprises puissent continuer d’accéder au soutien :

2.2 Soutien aux travailleurs touchés

Plus de deux millions et demi de Canadiens sont retournés au travail depuis le début de la pandémie, mais en raison de l’environnement de santé publique inégal et changeant, de nombreux travailleurs ont encore de la difficulté à se trouver un emploi ou à le garder. La troisième vague épidémique virulante et les effets imprévisibles des nouveaux variants amplifient l’incertitude des travailleurs canadiens.

Certains emplois perdus pendant la pandémie peuvent également être perdus pour de bon, car les entreprises ont trouvé de nouvelles façons de fonctionner. Ainsi, environ la moitié des Canadiens qui sont sans emploi ne récupéreront peut-être pas leur ancien emploi une fois les restrictions levées, ce qui peut constituer une mise à pied permanente (graphique 2.5). Ces travailleurs sont de manière disproportionnée des femmes, des jeunes et des travailleurs racisés. S’ils ne sont pas soutenus, cela pourrait avoir des répercussions à long terme sur le potentiel de l’économie et, surtout, sur les moyens de subsistance des personnes et de leurs familles.

Des travailleurs compétents et prêts à travailler risquent d’être sous-employés, sous-payés, voire de se retirer entièrement de la population active. Les chapitres 3 et 4 décrivent les mesures clés que le gouvernement prend pour aider les travailleurs à se perfectionner, à se recycler et à relancer leur carrière afin d’accélérer la reprise et de s’assurer que tous les travailleurs participent.

Cependant, jusqu’à ce que suffisamment de gens soient vaccinés et que l’économie rouvre, le retrait trop rapide des programmes de soutien au revenu serait contre-productif et coûteux.

Graphique 2.5
Nombre de Canadiens mis à pied ou ayant travaillé beaucoup moins d’heures depuis février 2020
Graphique 2.5 : Nombre de Canadiens mis à pied ou ayant travaillé beaucoup moins d’heures depuis février 2020

Nota – Travailler beaucoup moins d’heures signifie travailler moins de la moitié des heures habituelles, y compris zéro heure. Le dernier point de données remonte à mars 2021.
Sources : Statistique Canada; calculs du ministère des Finances Canada

Version texte
  Millions
  Réductions des heures Mises à pied permanentes Mises à pied temporaires
Févr. 2020 0,00 0,00 0,00
Mars 2020 2,20 0,65 0,34
Avr. 2020 2,48 1,92 1,07
Mai 2020 2,17 1,63 1,05
Juin 2020 1,34 1,03 0,71
Juill. 2020 0,94 1,00 0,33
Août 2020 0,68 1,01 0,11
Sept. 2020 0,57 0,53 0,21
Oct. 2020 0,43 0,51 0,14
Nov. 2020 0,44 0,48 0,11
Déc. 2020 0,49 0,50 0,14
Janv. 2021 0,53 0,66 0,20
Févr. 2021 0,41 0,49 0,11
Mars 2021 0,25 0,27 0,02

Renoncer temporairement à la période d’attente d’une semaine pour les demandes de prestations d’assurance-emploi

L’automne dernier, le gouvernement a annoncé des changements temporaires à l’assurance-emploi afin de soutenir les Canadiens pendant la pandémie. Ces changements ont fait en sorte que les Canadiens qui ont encore de la difficulté à se trouver un emploi ou à le garder ont le soutien dont ils ont besoin.

En réponse aux restrictions continues dans de nombreuses régions du pays cet hiver, le gouvernement a annoncé qu’il renoncerait à la période d’attente d’une semaine à l’égard des bénéficiaires de l’assurance-emploi qui établissent une nouvelle demande entre le 31 janvier 2021 et le 25 septembre 2021. La renonciation vise les demandeurs de prestations régulières, spéciales et de pêcheur. Ce changement temporaire permet à ceux qui font une demande de prestations d’être payés dès leur première semaine de chômage, ce qui contribue à atténuer leur stress financier.

Fournir des semaines supplémentaires de prestations de relance économique et de prestations d’assurance-emploi régulières

Malgré les changements temporaires apportés au régime d’assurance-emploi, le gouvernement a reconnu que certains travailleurs qui n’étaient pas admissibles aux prestations régulières de l’assurance-emploi avaient besoin d’aide pendant la pandémie. Il s’agit notamment des travailleurs autonomes, en particulier les travailleurs à la demande, des Canadiens ayant cumulé peu d’heures de travail à temps partiel et de ceux qui n’ont pas pu travailler parce que la pandémie les a obligés à consacrer plus de temps que d’habitude aux soins (graphique 2.6). Après la création de la Prestation canadienne d’urgence, qui a aidé plus de 8 millions de Canadiens, le gouvernement a transféré l’aide à un ensemble de nouvelles prestations temporaires : la Prestation canadienne de la relance économique, la Prestation canadienne de relance économique pour les proches aidants et la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique. En mars 2021, environ 3,5 millions de Canadiens ont reçu du soutien au revenu par l’intermédiaire des prestations de relance économique et d’assurance-emploi (graphique 2.7).

Graphique 2.6
Variation de l’emploi selon la catégorie de travailleurs, de février 2020 à mars 2021
Graphique 2.6 : Variation de l’emploi selon la catégorie de travailleurs, de février 2020 à mars 2021

Nota – Les travailleurs à la demande sont définis comme des travailleurs autonomes non constitués en personne morale sans aide payée. Données désaisonnalisées par le ministère des Finances.
Source : Statistique Canada; calculs du ministère des Finances Canada

Version texte
%
Employés Travailleurs à la demande Autres travailleurs autonomes
-0,9 -4,3 -8,5
Graphique 2.7
Bénéficiaires du soutien au revenu par programme
Graphique 2.7 : Bénéficiaires du soutien au revenu par programme

Nota – PCRE = Prestation canadienne de la relance économique. AE = assurance-emploi. Les autres programmes sont la Prestation canadienne de relance économique pour les proches aidants et la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique.
Sources : Emploi et Développement social Canada; Agence du revenu du Canada; Statistique Canada

Version texte
  Millions
  Assurance-emploi PCRE Autres programmes
Févr. 2020 0,88    
Mars 2021 2,32 1,06 0,15

En février 2021, afin d’offrir un soutien continu aux Canadiens, le gouvernement a augmenté de 12 semaines, pour un total de 38 semaines, le nombre de semaines de la Prestation canadienne de la relance économique et de la Prestation canadienne de relance économique pour les proches aidants; le nombre de semaines de la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique passe de deux semaines à quatre semaines, et le nombre de semaines de prestations régulières d’assurance-emploi augmente de 24 semaines, jusqu’à concurrence de 50 semaines. Ces changements annoncés précédemment devraient coûter environ 12,1 milliards de dollars sur trois ans.

On estime que la prolongation de la Prestation canadienne de la relance économique et de la Prestation canadienne de relance économique pour les proches aidants prévue dans le budget de 2021 coûtera 2,5 milliards de dollars sur deux ans, à compter de l’exercice 2021-2022.

Si une souplesse supplémentaire est nécessaire en fonction des considérations de santé publique plus tard cette année, le gouvernement continuera à faire tout ce qu'il faut pour être là pour les Canadiens. Pour assurer cette flexibilité :

Maintien d’un accès souple aux prestations d’assurance-emploi

Depuis la fin de la Prestation canadienne d’urgence, l’automne dernier, plus de 3,3 millions de Canadiens ont reçu des prestations d’assurance-emploi, et 25,3 milliards de dollars en prestations ont été versés depuis cette date.

À mesure que l’économie se remet en marche, le régime d’assurance-emploi doit rester adapté aux besoins des Canadiens.

Comme l’ont indiqué le Fonds monétaire international, l’Organisation de coopération et de développement économiques et d’autres experts, la pandémie a fait ressortir que le Canada a besoin d’un système de soutien au revenu plus efficace et mieux adapté au XXIe siècle. Pour cette raison :

Prolonger les prestations de maladie de l’assurance-emploi pour mieux soutenir les Canadiens malades ou blessés

En cas de maladie ou de blessure, les Canadiens devraient se sentir soutenus et être sûrs que leur emploi est protégé pendant leur convalescence. Toutefois, pour certains Canadiens, les 15 semaines de prestations de maladie offertes par l’assurance-emploi ne suffisent tout simplement pas. Les travailleurs qui reçoivent des traitements contre le cancer ou qui ont besoin de plus de temps pour se remettre d’une maladie ou d’une blessure s’exposent à une absence de revenu stressante entre le moment où ils ont épuisé leurs prestations de maladie et le moment où ils sont suffisamment remis pour retourner au travail.

Le gouvernement a aussi l’intention de lancer des consultations auprès des employeurs, des syndicats et des assureurs privés sur les améliorations qu’il faut peut être apporter au Programme de réduction du taux de cotisation d’assurance-emploi. Dans le cadre de ce programme, les employeurs qui offrent à leurs employés un régime d’assurance-invalidité de courte durée peuvent obtenir une réduction du taux de cotisation d’assurance-emploi.

Prolongation du soutien temporaire aux travailleurs saisonniers qui sont toujours touchés par la pandémie

Les pêcheurs indépendants et les travailleurs saisonniers ont fait preuve d’une résilience incroyable tout au long de la pandémie de COVID-19. Depuis septembre, le soutien fédéral au revenu constitue une bouée de sauvetage pour environ 20 000 pêcheurs et des milliers de travailleurs saisonniers, surtout dans la région du Canada atlantique. Étant donné le maintien des restrictions et la relance à peine amorcée, ces Canadiens ont toujours besoin de soutien. Afin d’accorder une plus grande aide aux pêcheurs et aux travailleurs saisonniers, et afin de veiller à ce qu’ils ne perdent pas l’accès à l’aide financière qui leur est nécessaire :

Chapitre 2
Soutenir les Canadiens et les entreprises jusqu’à la relance
M$
2020-
2021
2021–
2022
2022-
2023
2023-
2024
2024-
2025
2025-
2026
Total
2.1. Protéger les emplois et soutenir les entreprises -70 12 208 0 0 0 0 12 138
Prolongation de la Subvention salariale d’urgence du Canada 0 10 140 0 0 0 0 10 140
Prolongation de la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer et de la mesure de soutien en cas de confinement 0 1 920 0 0 0 0 1 920
Prolongation de la date limite de présentation des demandes pour les programmes pour combler les lacunes du CUEC 0 148 0 0 0 0 148
Moins : Fonds affectés précédemment dans le cadre budgétaire
-70 0 0 0 0 0 -70
2.2. Soutien aux travailleurs touchés 312 14 622 4 195 1 006 662 -683 20 112
Renoncer temporairement à la période d’attente d’une semaine pour les demandes de prestations d’assurance-emploi* 106 214 0 0 0 0 320
Moins : Recettes prévues
0 0 0 0 0 -36 -36
Fournir des semaines supplémentaires de prestations de la relance économique et de prestations régulières d’assurance-emploi** 206 9 596 2 207 109 0 0 12 118
Moins : Recettes prévues
0 0 0 0 0 -610 -610
Fournir des semaines supplémentaires de la Prestation canadienne de la relance économique et de la Prestation canadienne de relance économique pour les proches aidants 0 2 449 27 0 0 0 2 476
Maintenir un accès souple aux prestations d’assurance-emploi 0 2 364 1 898 864 866 915 6 906
Moins : Fonds affectés précédemment dans le cadre budgétaire
0 -4 0 0 0 0 -4
Moins : Revenus projetés
0 0 0 0 -204 -941 -1 145
Étendre le soutien temporaire aux travailleurs saisonniers qui continuent d’être touchés par la pandémie 0 4 63 33 0 0 100
Moins : Revenus projetés
0 0 0 0 0 -11 -11
Investissements supplémentaires – Soutenir les Canadiens et les entreprises jusqu’à la relance 0 130 0 0 0 0 130
Soutien au gouvernement du Québec afin d’harmoniser le Régime québécois d’assurance parentale aux modifications temporaires à l’assurance-emploi 0 130 0 0 0 0 130
Le budget de 2021 propose un financement et une modification législative afin d’aider le gouvernement du Québec à garantir que les prestations versées dans le cadre du Régime québécois d’assurance parentale reflètent les changements temporaires en place entre les mois de septembre 2020 et septembre 2021, qui ont rendu les prestations de maternité et parentales d’assurance-emploi plus généreuses pour certains demandeurs.
Chapitre 2 – Incidence budgétaire nette 242 26 960 4 195 1 006 662 -683 32 380
Nota – Les chiffres étant arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.
*Annoncé en janvier 2021
**Annoncé en février 2021

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, s’il vous plaît contactez-nous.

Date de modification :