Sélection de la langue

Recherche

Chapitre 1
Lutter contre la COVID-19

1.1 La COVID-19 au Canada

Une deuxième vague de la pandémie de la COVID-19 a secoué les pays et les économies du monde entier, y compris le Canada. La COVID-19 s’est manifestée dans l’ensemble des provinces et des territoires, avec une concentration de cas dans plusieurs provinces. En date du 24 novembre, on comptait plus de 342 000 cas diagnostiqués d’infection au virus et, malheureusement, plus de 11 600 décès au Canada.

1.1.1 La résurgence du virus au Canada

Après une réduction significative du nombre de cas au printemps grâce à des mesures de confinement, le Canada a procédé à une réouverture pendant l’été. L’automne a entraîné une résurgence du virus et de la transmission communautaire au pays. Depuis la fin août, le nombre moyen de nouveaux cas recensés quotidiennement à l’échelle du Canada s’est multiplié par 10, passant d’un plateau de moins de 500 cas à plus de 5 000 cas au 24 novembre (graphique 1.1). Selon des travaux récents de modélisation, si les Canadiens ne réduisent pas leurs contacts, le Canada pourrait faire face à 20 000 nouveaux cas par jour d’ici la fin de décembre.

Graphique 1.1
Nouveaux cas de COVID-19 et décès attribuables au virus (moyenne mobile sur 7 jours)
Chart 1.1: Nouveaux cas de COVID-19 et décès attribuables au virus (moyenne mobile sur 7 jours)

Nota – Le dernier point de données correspond au 24 novembre.

Source : Agence de la santé publique du Canada

Version textuelle

Le graphique présente la moyenne mobile sur sept jours des nombres quotidiens de nouveaux cas confirmés et de décès au Canada. À ce jour, il y a eu deux vagues distinctes de la COVID-19 au Canada. La première a affiché une augmentation des cas et des décès de mars jusqu’au début de mai, avant de diminuer graduellement jusqu’en juin, moment où les cas et les décès étaient stables et se situaient à un faible niveau pendant plusieurs mois. La deuxième a commencé en septembre et a affiché une augmentation du nombre de cas et de décès jusqu’à aujourd’hui. Les cas confirmés pendant la deuxième vague ont largement dépassé la première, alors que le pic de la deuxième vague est d’environ 3 fois plus élevé que celui de la première. Toutefois, le nombre de décès durant la deuxième vague est, jusqu’à présent, de loin inférieur à celui enregistré lors de la première vague, alors que le pic de la deuxième vague se situe à environ la moitié de celui de la première.

Le Canada enregistre une croissance rapide du nombre de cas quotidien et observe la propagation du virus dans des populations et des milieux à risque élevé. Il est très inquiétant de voir une augmentation du nombre de décès et d’hospitalisations. On s’attend à ce que ces chiffres augmentent davantage si les gens ne réduisent pas immédiatement leurs contacts et n’appliquent pas des mesures de santé publique rigoureuses (graphique 1.2).

Graphique 1.2
Patients hospitalisés atteints de la COVID-19
Chart 1.2: Patients hospitalisés atteints de la COVID-19

Nota – Le dernier point de données correspond au 22 novembre.

Source : Agence de la santé publique du Canada

Version textuelle

Le graphique montre le nombre quotidien de patients atteints de la COVID-19 dans les hôpitaux et les unités de soins intensifs au Canada. À ce jour, il y a eu deux vagues distinctes de la COVID-19 au Canada. La première vague a affiché un nombre croissant de patients hospitalisés et aux soins intensifs de mars jusqu’au début de mai, avant de diminuer graduellement jusqu’en juillet, moment où le niveau du nombre de ces patients a été faible de façon constante pendant plusieurs mois. La deuxième vague a commencé en septembre et a affiché une augmentation du nombre d’hospitalisations et de patients aux soins intensifs jusqu’à aujourd’hui. Le pic de la deuxième vague, tant pour les patients hospitalisés que pour ceux aux soins intensifs, est jusqu’à présent bien en dessous du pic de la première vague, soit aux deux tiers environ du nombre total de patients.

1.1.2 Comparaison avec les autres pays

Le Canada a enregistré le sommet le plus faible du taux de nouvelles infections parmi ses pays partenaires du G7 (sauf le Japon) lors de la première vague, et son taux de nouvelles infections pendant la deuxième vague est présentement le deuxième plus faible de ces pays (graphique 1.3). Toutefois, l’augmentation récente des cas est inquiétante. L’Europe a connu une montée spectaculaire des infections lors de sa deuxième vague, quoique les mesures mises en œuvre récemment en Europe pour lutter contre le virus semblent fonctionner. Le Canada, malgré le fait que son voisin immédiat a enregistré des taux d’infection très élevés, a réussi à limiter la propagation de la COVID-19 par des mesures de gestion frontalière.

Graphique 1.3
Nombre quotidien de nouveaux cas de COVID-19 par million d’habitants (moyenne mobile sur 7 jours)
Graphique 1.3 : Nombre quotidien de nouveaux cas de COVID-19 par million d’habitants (moyenne mobile sur 7 jours)

Nota – Le dernier point de données correspond au 24 novembre.

Sources : Université Johns Hopkins; Centre européen de prévention et de contrôle des maladies

Version textuelle

Le graphique présente une moyenne mobile sur sept jours des nouveaux cas quotidiens confirmés de COVID-19, ajustés en fonction de la taille de la population au Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Italie, en Allemagne et au Japon. Tous les pays ont connu une première vague de cas au printemps, suivie d’une résurgence à l’automne qui dépasse le pic du printemps. Dans tous les pays sauf au Japon, le nombre de cas quotidiens, au moment de la résurgence de l’automne, est plusieurs fois plus élevé que la première vague. Toutefois, l’écart est beaucoup plus important entre les pays au cours de la deuxième vague, où la France, les États-Unis et l’Italie sont les plus durement touchés, tandis que le Japon a le plus faible nombre de cas. Le Canada affiche le deuxième pic le plus faible du nombre de cas au cours de la première et de la deuxième vagues.

1.1.3 Des répercussions disproportionnées sur les Canadiens vulnérables

Des progrès significatifs ont été réalisés dans le traitement de la maladie. Toutefois, tous les Canadiens doivent continuer de prendre des mesures de précaution pour prévenir la propagation. Tragiquement, les répercussions de la COVID-19 sont plus gravement ressentis chez les personnes les plus vulnérables et celles qui doivent déjà vivre avec de plus fortes inégalités en matière de santé. Par exemple, le risque est plus élevé dans la population autochtone. De plus, les personnes les plus âgées ont été frappées par les cas les plus graves et elles affichent le taux de mortalité le plus élevé. Selon les données récentes de Santé publique Toronto, les personnes ayant un niveau de revenu plus faible et les membres de communautés racisées affichent des taux plus élevés d’infection et d’hospitalisation à cause de la COVID-19. Un autre rapport a indiqué qu’à Toronto, les populations noire, latino-américaine, arabe, moyen-orientale et d’Asie de l’Ouest sont au moins 7 fois plus susceptibles de contracter la COVID-19 que les groupes non racisées de la ville. À l’échelle du Canada, selon de nouvelles données de Statistique Canada, les communautés qui comptent le plus grand nombre de Canadiens racisées ont affiché les taux de mortalité les plus élevés pendant la première vague de la pandémie.

1.2 Appuyer une intervention robuste contre la COVID-19

La meilleure politique économique est une politique forte en matière de santé. Le gouvernement a pris des mesures rapidement et de manière décisive pour soutenir les Canadiens dans cette crise et pour aider les travailleurs, les entreprises, les provinces, les territoires, les municipalités, les communautés autochtones et les responsables de la santé publique du Canada à faire ce qu’il fallait.

C’est pour cela que, depuis le premier jour, le gouvernement fédéral a réalisé des investissements d’envergure dans les soins de santé, l’approvisionnement en fournitures médicales et en équipement de protection individuelle, le soutien du revenu et les congés de maladie payés, et pour répondre aux besoins urgents des entreprises. En général, il a investi pour protéger la sécurité, la santé et la solvabilité des Canadiens pendant la période de turbulence causée par la pandémie de COVID-19.

Version textuelle

Le gouvernement fédéral a fourni plus de 8 dollars sur 10 dépensés au Canada pour lutter contre la COVID-19 et soutenir les Canadiens.

Alors que le pays fait face à une deuxième vague de la pandémie, le gouvernement continue de miser sur le travail de base qu’il a déjà entrepris.

Tableau 1.1
Intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19 – Mesures de soutien fédérales, provinciales et territoriales
Fédéral Provinces
et territoires
Total
Incidence (G$)
Mesures directes de lutte contre la COVID-19 et de soutien aux personnes 322,3 60,1 382,4
Reports du paiement d’impôts et de taxes 85,1 39,4 124,5
Soutien au crédit 83,4 3,3 86,7
Total 490,7 102,8 593,5
Part des dépenses (%)
Mesures directes de lutte contre la COVID-19 et de soutien aux personnes 84,3 15,7 100
Reports du paiement d’impôts et de taxes 68,3 31,7 100
Soutien au crédit 96,2 3,8 100
Total 82,7 17,3 100
Nota – Annonces des gouvernements provinciaux et territoriaux; calculs du ministère des Finances Canada. En date du 13 novembre 2020. Les données fédérales correspondent à l’incidence totale, qui diffère du coût financier selon la comptabilité d’exercice. Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.

1.3 Une approche pancanadienne

La collaboration entre les différents ordres de gouvernement est une pierre angulaire de l’approche adoptée au Canada pour lutter contre la pandémie mondiale. Le gouvernement du Canada a travaillé avec les provinces, les territoires, les municipalités et les communautés autochtones afin d’assurer que les Canadiens demeurent en santé et en sécurité et qu’ils ont le soutien dont ils ont besoin. À ce jour, le gouvernement a investi 322 milliards de dollars pour soutenir les Canadiens et lutter contre la COVID 19.

1.3.1 Une intervention fédérale-provinciale-territoriale coordonnée

Depuis le début, un effort pancanadien a été adopté pour protéger les Canadiens. Par l’entremise des mesures annoncées avant l’Énoncé économique de l’automne, un soutien direct totalisant plus de 24 milliards de dollars a été apporté aux provinces et aux territoires. Le gouvernement fédéral a réalisé des investissements pour appuyer la capacité des provinces et des territoires à maîtriser le virus à l’intérieur de leurs frontières.

« Pour lutter contre la COVID-19 et relancer notre économie en toute sécurité, nous devons avoir recours à une approche pancanadienne. Nous continuerons de travailler en collaboration avec les provinces et les territoires pour assurer la santé et la sécurité des Canadiens et bâtir un Canada plus résilient. »

Le très honorable Justin Trudeau, premier ministre du Canada,
le 16 septembre 2020

Au mois de mars, le gouvernement fédéral a versé une somme initiale de 500 millions de dollars aux provinces et aux territoires en réponse aux besoins critiques de leurs systèmes de santé. À la suite de cette mesure de soutien immédiat, il a investi, dans le cadre de l’Accord sur la relance sécuritaire, 19,9 milliards de dollars afin d’aider les provinces et les territoires à relancer leur économie en toute sécurité et à rendre le Canada plus résilient aux vagues suivantes du virus, notamment en augmentant les capacités de tests de dépistage et de recherche des contacts. En plus de l’Accord sur la relance sécuritaire, le gouvernement fédéral verse jusqu’à 2 milliards de dollars aux provinces et aux territoires dans le cadre du Fonds pour une rentrée scolaire sécuritaire afin d’appuyer le retour à l’école en sécurité et de protéger les étudiants et les employés.

Le soutien offert par le gouvernement fédéral comprend le complément salarial temporaire pour les travailleurs essentiels à faible revenu), dans le cadre duquel le gouvernement verse jusqu’à 3 milliards de dollars pour partager les coûts liés à l’augmentation temporaire des salaires des travailleurs essentiels à l’échelle du pays qui ont été en première ligne tout au long de la pandémie.

La portée du soutien direct fédéral pour chaque province et chaque territoire afin de maintenir des systèmes de soins de santé résilients est sans précédent. À lui seul, l’Accord sur la relance sécuritaire a permis d’augmenter le soutien fédéral en matière de santé fourni aux provinces et aux territoires de plus de 23 % par rapport au Transfert canadien en matière de santé versé au cours de l’exercice financier précédent.

Graphique 1.4
Investissements fédéraux dans le soutien aux soins de santé
Graphique 1.4 : Investissements fédéraux dans le soutien aux soins de santé

Nota – Les montants pour l’approvisionnement en équipement de protection individuelle représentent l’appui non financier accordé aux provinces et aux territoires.

Source : Ministère des Finances Canada

Version textuelle

Le Transfert canadien en matière de santé est passé de 36,1 milliards de dollars en 2016-2017, à 37,2 milliards en 2017-2018, à 38,6 milliards en 2018-2019 et à 40,4 milliards en 2019-2020. En 2020‑2021, le gouvernement versera aux provinces et aux territoires 41,9 milliards de dollars au titre du Transfert canadien en matière de santé. Cette somme est complétée par des mesures de soutien sanitaire direct dans le cadre de l’Accord sur la relance sécuritaire, qui s’élève à 13,8 milliards de dollars. De plus, le gouvernement a investi plus d’un milliard de dollars en 2020-2021 pour assurer l’accès aux vaccins expérimentaux.

1.3.2 Accord sur la relance sécuritaire

L’Accord sur la relance sécuritaire, conclu par les premiers ministres d’à travers le Canada, était conçu pour régler les questions les plus urgentes concernant la santé et la sécurité des Canadiens. Il visait à augmenter la capacité de dépistage et de recherche des contacts. Le financement visait aussi à appuyer les capacités des systèmes de soins de santé, y compris pour les services destinés aux personnes souffrant de problèmes de santé mentale. Il a également contribué à l’approvisionnement en équipement de protection individuelle afin d’aider les travailleurs essentiels, et à la protection des personnes les plus vulnérables, comme les aînés. De plus, cet accord visait également à verser aux municipalités les fonds dont elles ont grandement besoin pour appuyer les services de première ligne qu’elles offrent aux Canadiens.

ACCORD SUR LA RELANCE SÉCURITAIRE
Volet prioritaire Objectifs Soutien fédéral
1 Dépistage et recherche des contacts  Accroître la capacité de dépistage à 200 000 tests par jour 4,3 G$
 Partenariat des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux sur l’approvisionnement en matériel et en équipement de dépistage
 Aider les provinces et les territoires à accroître leur capacité de recherche des contacts
 Contribuer à une gestion améliorée des données pour communiquer des données désagrégées
2 Capacité en soins de santé  Aider les provinces et les territoires à préparer leurs systèmes de soins de santé à une deuxième vague de la COVID-19
 Appuyer les personnes qui connaissent des difficultés sur le plan de la santé mentale et de la consommation problématique de substances
1,2 G$
3 Équipement de protection individuel (EPI)  S’assurer que les travailleurs de la santé et les autres travailleurs ont accès à l’EPI dont ils ont besoin. Cela comprend 4,5 milliards de dollars afin d’acheter de l’EPI pour utilisation à l’échelle nationale et de 3 milliards de dollars versés aux provinces et aux territoires pour investir dans l’achat d’EPI. 7,5 G$
4 Populations vulnérables  Répondre aux besoins immédiats et combler les lacunes relativement aux soins de soutien (p. ex., soins à domicile, soins de longue durée et soins palliatifs) 740 M$
 Fournir du soutien, tant au niveau de la santé qu’au niveau social, à d’autres groupes vulnérables
5 Services de garde  S’assurer qu’il y a suffisamment de garderies sécuritaires et adéquates pour appuyer le retour au travail graduel des parents 625 M$
 Répondre aux besoins du personnel, notamment par l’intermédiaire de la formation, de coûts salariaux supplémentaires et d’un équipement approprié (y compris l’EPI) pour garder les enfants et le personnel en sécurité
6 Congés de maladie  Ce financement annoncé dans le cadre de l’Accord sur la relance sécuritaire a été consacré à la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique, qui fournit un soutien au revenu aux travailleurs incapables de travailler pour des raisons liées à la COVID-19, y compris ceux qui ont des troubles de santé sous-jacents 1,1 G$
7 Municipalités  Aider les municipalités à surmonter la COVID-19, notamment en ce qui a trait aux coûts accrus des services et des opérations 2 G$
8 Transport en commun  Financement « opt-in » de contrepartie pour assurer que les services de transport en commun essentiels soit maintenus afin d’appuyer un retour au travail sécuritaire 2,4 G$
TOTAL   19,9 G$

1.3.3 Appuyer une rentrée scolaire sécuritaire

La pandémie de la COVID-19 a été difficile pour les familles : les écoles ont été fermées au printemps, ce qui a privé les élèves de leurs collègues de classe et amis. Le retour des enfants canadiens à l’école a été marqué par une faible transmission de la COVID-19 dans les écoles et les garderies. Ce succès est en bonne partie attribuable aux efforts immenses déployés par les enseignants, les administrateurs, le personnel de l’entretien et les nombreux autres travailleurs du secteur de l’éducation d’à travers le Canada. Quant aux enfants du Canada, ils se sont adaptés de façon remarquable aux contraintes de la vie scolaire à l’époque de la COVID-19.

Le Fonds pour une rentrée scolaire sécuritaire procure aux provinces et aux territoires le financement complémentaire nécessaire pour répondre à leurs besoins financiers dans le cadre de leur collaboration avec les conseils scolaires locaux pour assurer la sécurité des élèves et du personnel tout au long de l’année scolaire. À titre d’exemple, le Fonds appuie l’établissement d’espaces d’apprentissage adaptés, l’amélioration des systèmes de ventilation, l’amélioration de l’hygiène et de la désinfection des mains, ainsi que l’achat d’équipement de protection individuelle et de produits de nettoyage.

Le gouvernement fédéral verse jusqu’à 2 milliards de dollars aux provinces et aux territoires par l’intermédiaire du Fonds pour une rentrée scolaire sécuritaire, qui s’appuie sur l’Accord sur la relance sécuritaire. Ce fonds a déjà aidé les écoles à apporter les changements et les préparatifs requis. Grâce au soutien versé par le gouvernement, l’emploi dans le secteur de l’éducation est plus élevé aujourd’hui qu’avant la pandémie, ce qui se traduit un nombre suffisant d’employés pour garder les écoles ouvertes en toute sécurité pendant cette période difficile.

Cadre des résultats relatifs aux sexes

Égalité des genres et diversité au Canada

  • Participation à l’économie et prospérité

En février 2020, les femmes représentaient 75 % des emplois dans les écoles primaires et secondaires qui ont été fermées subitement en raison de la pandémie et ont rouvert leurs portes depuis. Selon le recensement de 2016, les minorités visibles étaient sous-représentées dans les écoles primaires et secondaires relativement à leur part des travailleurs salariés (12 % contre 21 %). Les immigrants y étaient eux aussi sous-représentés par rapport à leur part du total des emplois (15 % contre 24 %).

1.3.4 Soutien aux communautés autochtones et du Nord

Les communautés autochtones ont travaillé avec diligence pour contrôler la propagation du virus. Le gouvernement reconnaît que les communautés autochtones et nordiques font face à des difficultés qui leur sont uniques au moment de répondre à la pandémie, y compris l’incidence plus élevée de vulnérabilités existantes en matière de santé, les difficultés à obtenir des aliments sains et des services de santé, et le surpeuplement résidentiel, qui rend la distanciation physique difficile. 

Depuis le lancement du Fonds de soutien aux communautés autochtones au printemps dernier, le gouvernement a versé la somme de 685 millions de dollars en financement pour aider les communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis, ainsi que les communautés autochtones et les organismes au service des Autochtones, à fournir un éventail de mesures de soutien. Les programmes financés visent notamment à venir en aide aux aînés et aux membres vulnérables de ces communautés, à lutter contre l’insécurité alimentaire et à appliquer des mesures qui contribuent à prévenir la propagation de la COVID-19. Ce fonds a appuyé des communautés et des organismes autochtones d’à travers le pays, notamment par des contributions à des investissements ciblés récents de plus de 180 millions de dollars versées aux communautés et organismes autochtones du Manitoba, de l’Alberta et de la Saskatchewan pour répondre à des besoins urgents au cours de la deuxième vague.

Le gouvernement a offert plus de 272 millions de dollars en soutien aux communautés et aux entreprises du Nord. Il a, entre autres, versé des fonds en vue de renforcer la préparation et les interventions des territoires en cas de pandémie, de soutenir les transporteurs aériens et les entreprises du Nord, et de veiller à ce que les familles qui habitent dans les communautés nordiques aient toujours les moyens requis pour acheter des aliments nutritifs et des produits hygiéniques.

Le gouvernement du Canada verse 112 millions de dollars supplémentaires aux Premières Nations pour appuyer un retour à l’école sécuritaire dans les réserves et 206,1 millions pour soutenir une relance en toute sécurité dans les communautés autochtones, y compris par l’adaptation d’infrastructures communautaires et d’autres mesures de soutien pour une relance sécuritaire des établissements d’enseignement postsecondaire autochtones et les services d’apprentissage et de garde des jeunes enfants autochtones. 

S’appuyant sur ces investissements, le gouvernement propose de poursuivre sa collaboration avec les dirigeants des Premières Nations, des Inuits, des Métis et des territoires afin qu’ils aient les outils dont ils ont besoin pour garder leurs communautés en sécurité et pour prévenir les éclosions de COVID-19 :

1.4 Protéger la santé et la sécurité des Canadiens

1.4.1 Vaccins et produits thérapeutiques

À ce jour, le Canada a investi plus de 1 milliard de dollars dans des marchés d’approvisionnement en vaccins et s’est assuré d’un approvisionnement national de 429 millions de doses de sept candidats-vaccins prometteurs contre la COVID-19. Il s’agit du portefeuille le plus diversifié à l’échelle mondiale. Tous les Canadiens peuvent être assurés qu’un vaccin sécuritaire et efficace leur sera offert sans frais une fois qu’il sera prêt.

Graphique 1.5
Doses de différents candidats-vaccins dont l’approvisionnement est confirmé, par habitant
Graphique 1.5 : Doses de différents candidats-vaccins dont l’approvisionnement est confirmé, par habitant

Nota – En date du 20 novembre. Exclut les doses que les pays recevraient grâce au mécanisme COVAX. Dans la catégorie des autres, on trouve Medicago, Gamaleya, CureVac, Sinovac, G42 Healthcare, Valneva et l’Université du Queensland.

Sources : Duke Global Health Innovation Center; Banque mondiale; ministère des Finances Canada

Version textuelle
Doses de différents candidats-vaccins dont l’approvisionnement est confirmé, par habitant
Pays Pfizer Moderna AstraZeneca Johnson & Johnson Novavax Sanofi & GSK Autres
Suisse 0 0,524792 0 0 0 0 0
Mexique 0 0 0 0 0 0 0,525179
Nouvelle-Zélande 0,305064 0 0 0,406752 0 0 0
Indonésie 0 0 0,369514 0 0 0 0,406466
Brésil 0 0 0,473822 0 0 0 0,45487
Argentine 0 0 0,489556 0 0 0 0,556313
Inde 0 0 0,36592 0 0,731841 0 0,073184
Japon 0,950383 0,395993 0,950383 0 0 0 0
Union européenne 0,584226 0 0,778968 0,389484 0 0,584226 0,438169
États-Unis 0,304656 0,304656 1,523278 0,304656 0,335121 0,304656 0
Chili 0,527648 0 0,759813 0 0 0 3,165886
Royaume-Uni 0,598494 0,074812 1,496235 0,448871 0,897741 0,897741 0,897741
Australie 0,394255 0 1,332581 0 1,577019 0 2,0107
Canada 2,021854 1,489787 0,532067 1,010927 2,021854 1,915441 2,021854

Le gouvernement collabore étroitement avec les autorités de santé, les provinces, les territoires et les partenaires autochtones au sujet des principaux aspects de l’intervention canadienne en réponse à la pandémie, notamment la recherche-développement, l’approvisionnement, la biofabrication et la distribution d’un vaccin. Ces efforts sont soutenus par les experts du Groupe de travail sur les vaccins contre la COVID-19, du Groupe de travail sur les thérapeutiques de la COVID-19 et du Groupe de travail sur l’immunité face à la COVID-19.

Ententes bilatérales avec des fournisseurs de vaccins contre la COVID-19
Vaccin Type de vaccin Nombre de doses
Pfizer ARNm Jusqu’à 76 millions
Moderna ARNm Jusqu’à 56 millions
Medicago Particule de type viral Jusqu’à 76 millions
AstraZeneca Vecteur viral Jusqu’à 20 millions
Johnson & Johnson Vecteur viral Jusqu’à 38 millions
Novavax Sous-unité protéique Jusqu’à 76 millions
Sanofi et GlaxoSmithKline (GSK) Sous-unité protéique Jusqu’à 72 millions
Mécanisme international COVAX - Jusqu’à 15 millions

1.4.1.1 Investir dans des technologies vaccinales conçues au Canada

Le gouvernement investit dans des façons d’améliorer la capacité du Canada de découvrir, de fabriquer et de distribuer des vaccins, y compris les suivantes :

De plus, le gouvernement est déterminé à s’assurer que le Canada est bien placé pour répondre aux urgences de santé futures. Il explore des façons de promouvoir une croissance durable à long terme du secteur de la biofabrication du Canada. Des travaux sont en cours afin de déterminer les besoins actuels et continus du secteur et de trouver des façons de compléter les investissements réalisés récemment par le gouvernement, comme ceux dans l’installation de Montréal du Conseil national de recherches Canada et ceux du Fonds stratégique pour l’innovation. Le ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique et ses ministères partenaires consulteront activement les intervenants pour examiner les façons dont le gouvernement peut appuyer la préparation en cas de pandémies à l’avenir, notamment la fabrication de vaccins au Canada.

Cadre des résultats relatifs aux sexes

Égalité des genres et diversité au Canada

  • Participation à l’économie et prospérité

En octobre 2020, les femmes représentaient 57 % des biologistes et autres scientifiques, ce qui comprend, entre autres, des professions comme celles de virologiste, de microbiologiste et d’immunologue. Les femmes représentaient aussi 61 % des technologues et techniciens en biologie, contre 51 % en février 2020. Cela reflète la forte croissance de l’emploi dans ce secteur, qui est probablement liée aux activités de dépistage.

1.4.1.2 Préparation à la distribution de vaccins

Depuis le mois de mai, en prévision de l’administration de vaccins contre la COVID-19 aux Canadiens, le gouvernement a investi 284,2 millions de dollars au total afin de renforcer la capacité de distribution au pays. Cet investissement comprend 125 millions de dollars en 2020-2021 pour l’expédition et l’entreposage de vaccins contre la COVID-19 et 159,2 millions de dollars à compter de 2020-2021 afin d’acquérir le matériel requis pour vacciner les Canadiens (p. ex., des seringues et des tampons d’alcool) et de renforcer la capacité de distribution de vaccins par l’amélioration de l’infrastructure, de la promotion et des lignes directrices nationales sur l’administration de vaccins.

La distribution des vaccins sera un effort nationale complex. Dans le cadre des préparatifs de distribution en cours, le Canada collabore avec les provinces, les territoires, les partenaires autochtones et les partenaires du secteur privé pour s’assurer qu’une planification et une infrastructure appropriées seront en place pour recevoir et distribuer les vaccins. Le Canada appuie une approche coordonnée qui comprend notamment l’élaboration conjointe de plans avec les provinces et les territoires, et il fournit un soutien logistique et des services d’entreposage à l’échelle nationale pour compléter les capacités provinciales et territoriales. De plus, le Canada est en voie d’obtenir une capacité de congélation spéciale pour conserver des dizaines de millions de doses à tout moment, en conformité avec les spécifications des candidats-vaccins potentiels. Grâce à cette approche pancanadienne, tous auront accès à un vaccin contre la COVID-19 le plus facilement possible, y compris dans les communautés éloignées et isolées. De plus, les Forces armées canadiennes collaborent avec l’Agence de la santé publique du Canada pour l’aider à planifier la logistique de la distribution des vaccins contre la COVID-19.

Tout comme l’intervention du Canada pour répondre à la COVID-19, l’approbation réglementaire d’un vaccin est orientée par les données scientifiques. Le Canada a investi dans Santé Canada de manière à ce que ses scientifiques puissent donner la priorité à l’examen des vaccins contre la COVID-19, et ces travaux ont déjà commencé. En effet, le Canada examine actuellement trois soumissions de vaccin. Un processus souple qui permet un examen continu a été mis en place. Cela fera en sorte que les candidats-vaccins prometteurs seront examinés rapidement et seront approuvés lorsque leur sûreté et leur efficacité seront constatées. Une fois que les scientifiques auront approuvé un vaccin, le gouvernement fédéral, les provinces et les territoires seront prêts à faire en sorte que les Canadiens aient accès au vaccin en temps voulu, notamment en accélérant l’accès pour les populations prioritaires, telles que les personnes les plus vulnérables à la COVID-19.

1.4.2 Dépistage et recherche des contacts

Le gouvernement du Canada a réalisé des investissements importants afin de garantir l’accès des Canadiens à des tests de dépistage de la COVID-19. Il a notamment demandé aux provinces et aux territoires de s’engager à augmenter leur capacité de dépistage jusqu’à 200 000 tests par jour, et il a fourni 4,28 milliards de dollars pour les aider à atteindre cet objectif. Le soutien vise également la recherche des contacts associée au dépistage et l’amélioration des données sur la COVID-19. L’application pour téléphone intelligent Alerte COVID facilite la recherche des contacts en envoyant des notifications anonymes d’exposition. De plus, des centaines d’employés du gouvernement fédéral aident gratuitement les provinces dans la recherche des contacts. Le gouvernement fédéral a conclu des ententes avec sept provinces, soit le Nouveau-Brunswick, le Québec, l’Ontario, le Manitoba, la Saskatchewan, l’Alberta et la Colombie-Britannique, en vertu desquels des employés fédéraux participent à la recherche des contacts. Les employés fédéraux peuvent faire près de 18 000 appels par jour à cette fin.

Le pourcentage de tests qui s’avèrent positifs a augmenté récemment. À la mi-novembre, il se situait à plus de 7 % à l’échelle nationale. Plus le pourcentage de tests positifs est élevé, plus le potentiel de transmission est élevé. Il est aussi plus probable qu’il y ait des cas de COVID-19 non détectés dans la communauté. Il est essentiel de continuer d’accroître le dépistage et la recherche des contacts pour détecter les cas, isoler les personnes infectées, et, finalement, limiter la propagation du virus.

1.4.2.1 Augmentation de la capacité de dépistage

Le gouvernement du Canada a réalisé des investissements importants afin de s’assurer que le Canada est prêt à affronter les prochaines vagues de la COVID-19. Cela comprend une augmentation de 6 000 tests par jour de la capacité de dépistage au Laboratoire national de microbiologie du Canada à l’appui des activités de dépistage des provinces et des territoires, en plus de la surveillance continue du risque de transmission dans la communauté afin de soutenir la gestion des éclosions ainsi que le contrôle et la prévention des infections.

1.4.2.2 Dépistage rapide

Avec l’augmentation des cas de COVID-19, le dépistage rapide et précis est devenu plus important que jamais. Le gouvernement s’est efforcé d’obtenir la technologie de dépistage rapide. Les nouveaux tests rapides peuvent être analysés sur place, et les résultats sont disponibles en quelques minutes. L’acquisition et la distribution de ces tests aideront à répondre aux demandes urgentes des provinces et des territoires pour un dépistage plus fréquent visant un plus grand nombre de Canadiens et la réduction des délais d’attente avant d’obtenir les résultats, y compris dans les communautés rurales et éloignées qui n’ont aucun laboratoire à proximité.

Le gouvernement travaille à examiner, à approuver, à acheter et à distribuer des tests de dépistage rapide de la COVID-19 le plus rapidement possible.

Principales ententes sur des tests rapides
Entreprises Nom du test Nombre d’exemplaires
Abbott Rapid Diagnostics ID NOW Jusqu’à 7,9 millions
Abbott Rapid Diagnostics Panbio Jusqu’à 20,5 millions
BD BD Veritor Jusqu’à 7,6 millions
bioMérieux Canada BIOFIRE RP2.1 Jusqu’à 700 000
Inter Medico Cepheid GeneXpert Jusqu’à 1,2 million

À ce jour, plus de 5 millions de trousses de dépistage rapide ont été livrées aux provinces et aux territoires. Au total, le Canada a conclu des ententes d’acquisition visant jusqu’à 38 millions de tests rapides, ce qui représente plus de trois fois le nombre total de tests effectués jusqu’à maintenant. Ce nombre tient compte des tests rapides qui ont été distribués dans des communautés éloignées aux premiers stades de la pandémie.

Appli Alerte COVID

logo Appli Alerte COVID

L’application canadienne d’avis d’exposition à la COVID-19 est une application mobile offerte à l’échelle du pays qui informe les utilisateurs s’ils ont été exposés à la COVID-19. L’application, qui est offerte à l’ensemble des Canadiens, est actuellement reliée aux systèmes de santé des Territoires du Nord-Ouest et de toutes les provinces à l’exception de la Colombie-Britannique et de l’Alberta.

L’appli informe les utilisateurs d’une exposition possible au virus afin qu’ils puissent prendre les mesures de précaution requises, subir un test de dépistage et apprendre à surveiller leurs symptômes. Peu importe leur lieu de résidence au pays, Alerte COVID avise les utilisateurs d’une exposition possible à la COVID-19 par une personne située dans une province ou un territoire où l’application est entièrement en service.

L’application protège les renseignements personnels des utilisateurs. Elle ne suit pas leur emplacement et ne recueille aucun renseignement qui permette de les identifier. À la fin du mois de  novembre, l’application avait été téléchargée à plus de 5,5 millions de reprises, et plus de 6 200 cas positifs de COVID-19 y ont été enregistrés, ce qui a permis d’aviser des milliers d’autres personnes d’une exposition potentielle et d’éviter des milliers d’autres nouveaux cas. 

  • Le gouvernement propose de verser un financement de 20,5 millions de dollars au Service numérique canadien afin de lui permettre de continuer d’offrir des services essentiels existants, y compris l’application Alerte COVID, et de recruter des talents pour répondre à la nouvelle demande en services numériques découlant de la COVID-19 et des autres priorités du gouvernement.

1.4.3 EPI et matériel médical

Le Canada a engagé plus de 7,6 milliards de dollars envers l’acquisition rapide de plus de 2 milliards d’unités d’équipement de protection individuelle (EPI). Le Canada poursuit vigoureusement l’acquisition de fournitures essentielles pour aider les infirmières, les médecins et les travailleurs de la santé de première ligne à demeurer bien outillés et pour protéger tous les Canadiens au cours des mois et des années à venir. Ce financement s’ajoute aux 3 milliards versés directement aux provinces et aux territoires pour l’approvisionnement en EPI en vertu de l’Accord sur la relance sécuritaire.

La majeure partie de l’EPI et des fournitures médicales achetés par le gouvernement fédéral sont remis aux provinces, aux territoires et aux communautés autochtones. Une autre partie est conservée aux fins d’utilisation fédérale ou ajoutée à la Réserve nationale stratégique d’urgence (RSNU).

La transmission communautaire ayant refait surface au Canada, les représentants de la santé publique du pays mettent l’accent sur l’importance de continuer de pratiquer la distanciation physique dans les lieux publics et de porter un masque pour contribuer à ralentir la propagation de la COVID-19.

Cadre des résultats relatifs aux sexes

Égalité des genres et diversité au Canada

  • Participation à l’économie et prospérité

Les femmes sont surreprésentées dans de nombreux milieux de première ligne, notamment les hôpitaux et les maisons de soins de longue durée. Le risque accru de transmission de la COVID-19 que cela comporte signifie également que les investissements dans l’EPI découlant de la pandémie bénéficieront de manière disproportionnée les femmes. En 2019, les femmes représentaient 91 % des infirmières autorisées, 92 % des infirmières praticiennes et 91 % des infirmières auxiliaires autorisées. Les immigrants et les minorités visibles sont également surreprésentés dans certaines professions de première ligne. En 2016, plus du tiers des aides-infirmiers, des aides-soignants et des préposés aux bénéficiaires étaient des immigrants (86 % de ce nombre étaient des femmes), comparativement au quart des membres des autres professions. Ils étaient également plus susceptibles de se déclarer membres des minorités visibles (34 %) que les travailleurs d’autres professions (21 %), les femmes noires et philippines étant particulièrement surreprésentées.

1.4.3.1 Approche proprement canadienne

Depuis l’appel à l’action lancé par le gouvernement le 20 mars 2020 à l’industrie canadienne pour appuyer la réponse nationale à la pandémie de COVID-19, plus de 6 500 entreprises, organismes et Canadiens se sont manifestés pour offrir leur expertise et leur aide. À ce jour, cette initiative a permis de garantir la production nationale d’une gamme d’EPI, de dispositifs médicaux et de produits connexes essentiels. Il s’agit notamment de masques chirurgicaux, de blouses médicales, de visières, de ventilateurs et de composants de tests.

Le gouvernement a également agi rapidement pour garantir un approvisionnement fiable en masques N95 fabriqués au Canada en concluant un accord d’achat à long terme avec Medicom, située à Montréal. Au moins 3 millions de masques fabriqués au Canada ont déjà été livrés. En partenariat avec le gouvernement de l’Ontario, le gouvernement fédéral a aussi investi dans une installation de la société 3M à Brockville, en Ontario, qui commencera à livrer des masques N95 fabriqués au Canada en 2021.

1.4.4 Garantir une ventilation saine et propre dans les immeubles publics

Selon les directives des autorités de santé publique, le risque de transmission de la COVID-19 peut être plus élevé dans les espaces clos mal ventilés.

1.4.5 Prévenir les éclosions dans les refuges

La pandémie de la COVID-19 a imposé de nouvelles pressions financières importantes sur les refuges du Canada, qui, pour prévenir les éclosions, ont dû transformer la façon dont ils offrent leurs services.

Cette somme s’ajoute à celle de 236,7 millions de dollars annoncée par le gouvernement en septembre 2020 pour appuyer les interventions communautaires contre la COVID-19 dans le cadre de Vers un chez-soi. Cette mesure suit également un investissement de 157,5 millions, annoncé au printemps dernier, qui a permis aux refuges d’urgence de mettre en œuvre diverses mesures, dont la distanciation physique, visant à protéger la santé et la sécurité.

1.4.6 Mesures frontalières

En vue de limiter la propagation de la COVID-19 au Canada, le gouvernement a mis en place des restrictions et des mesures de protection à ses frontières :

1.4.7 Soutien pour la quarantaine et l’auto-isolement

Le Canada fournit des ressources pour que les personnes qui doivent se mettre en quarantaine ou s’isoler aient un endroit où le faire.

1.5 Soins de longue durée

Les éclosions dévastatrices de la COVID-19 dans les centres de soins de longue durée ont mis en évidence des lacunes en matière de normes et de soins pour les personnes les plus vulnérables. Une grande majorité des décès causés par la COVID-19 sont survenus dans des établissements de soins de longue durée et des résidences pour les aînés. Au Québec et en Ontario, ils représentent 81 % et 70 % des décès, respectivement, en date du 25 novembre.

D’avril à juillet 2020, l’opération LASER a déployé des femmes et des hommes des Forces armées canadiennes pour venir en aide à 54 établissements de soins de longue durée touchés au Québec et en Ontario. Au plus fort de l’intervention, 1 942 membres des Forces canadiennes participaient à la prestation de soins aux résidents.

Bon nombre de préposés aux bénéficiaires continuent de se présenter courageusement au travail et de fournir des soins essentiels aux aînés vulnérables, malgré la menace d’être infectés.

 

Cadre des résultats relatifs aux sexes

Égalité des genres et diversité au Canada

  • Réduction de la pauvreté, santé et bien-être

  • Participation à l’économie et la prospérité

La pandémie a mis en lumière la dimension de genre des soins de longue durée au Canada. Selon le recensement de 2016, les hommes représentaient 60 % des résidents des établissements de soins pour personnes handicapées et toxicomanes. Les femmes représentaient toutefois 69 % de l’ensemble des résidents des établissements de soins infirmiers et des résidences pour les aînés. Les femmes représentaient aussi le pourcentage le plus important des employés des établissements de soins de longue durée. En particulier, en février 2020, selon l’Enquête sur la population active, les femmes occupaient 82 % des emplois dans les établissements de soins infirmiers et de soins pour bénéficiaires internes, et 82 % des emplois dans les services de soins de santé à domicile. Deux autres groupes, les immigrants et les minorités visibles, étaient eux aussi surreprésentés dans les établissements de soins infirmiers et de soins à domicile, et dans les services de santé à domicile, selon le recensement de 2016.

1.5.1 Aider les provinces et les territoires à protéger les établissements de soins de longue durée et autres établissements de soins de soutien

Les aînés méritent d’être en sécurité, d’être respectés et de vivre dans la dignité. Dans le cadre de l’Accord sur la relance sécuritaire, le gouvernement fédéral a investi 740 millions de dollars pour aider les provinces et les territoires à répondre aux besoins immédiats des populations vulnérables, y compris les personnes en soins de longue durée. Le gouvernement fédéral a aidé les provinces et les territoires à lutter contre les éclosions dans les établissements de soins de longue durée en leur fournissant de l’équipement de protection individuelle (EPI), des services de recherche des contacts et de l’aide directe par l’entremise de la Croix-Rouge canadienne

Depuis le premier jour, le gouvernement fédéral collabore avec les provinces et les territoires pour protéger les personnes les plus vulnérables, notamment en appuyant les activités de soutien de la Croix-Rouge canadienne dans bon nombre d’établissements de soins de longue durée. Pour le Manitoba, qui a été durement frappé par la deuxième vague, le gouvernement fédéral a approuvé une demande provinciale de soutien dans les établissements de soins de longue durée jusqu’au 15 janvier 2021.

De plus, en collaboration avec les provinces et les territoires, le gouvernement fédéral a fourni un soutien important pour augmenter les salaires des travailleurs essentiels, y compris les préposés aux bénéficiaires et d’autres travailleurs de première ligne. Le gouvernement s’engage aussi à verser 38,5 millions de dollars sur deux ans afin d’appuyer la formation de jusqu’à 4 000 préposés aux bénéficiaires stagiaires dans le cadre d’un programme de formation en ligne accélérée de six semaines assorti d’un stage de quatre mois pour remédier à des pénuries aiguës de main-d’œuvre dans les domaines des soins de longue durée et des soins à domicile

Dans le secteur de la santé, 1 travailleur sur 4 est un immigrant. Ces personnes ont été en première ligne lors de cette pandémie, aidant à soigner tous les Canadiens, en particulier ceux qui sont dans des établissements de soins de longue durée. De nombreuses personnes à la recherche d’asile font partie de ce groupe. En reconnaissance de ces « anges gardiens », des demandeurs d’asile qui travaillent dans le secteur de la santé pendant la pandémie, qui jouent un rôle essentiel dans la protection de la santé des Canadiens, le gouvernement annonce une mesure temporaire qui leur ouvrira une voie vers la résidence permanente

1.5.2 Nouvelles normes nationales

Afin de s’assurer que les aînés et les personnes qui reçoivent ces soins vivent dans des conditions sécuritaires et dignes, le gouvernement collaborera avec les provinces et les territoires pour établir de nouvelles normes nationales sur les soins de longue durée. Le gouvernement demeure résolu à établir ces normes afin de combler des lacunes critiques dans les établissements de soins de longue durée. Cela comprend des meilleures conditions de travail pour les travailleurs essentiels à faible revenu dans le secteur des soins aux aînés, particulièrement les préposés aux bénéficiaires, qui ont persévéré face à l’adversité. Des solutions seront explorées pour améliorer le recrutement, le maintien en poste, et la promotion d’options en matière d’épargne-retraite pour les travailleurs à faible ou moyen revenu, comme il est indiqué au chapitre 3.

1.6 Aider les Canadiens vulnérables et améliorer la santé publique

1.6.1 Santé mentale et soins virtuels

Les effets de la pandémie sur la santé émotionnelle et mentale continueront vraisemblablement de se poursuivre alors que nous affrontons la deuxième vague et que le Canada continue de mettre en œuvre des mesures de santé publique et que l'incertitude économique persiste. Malheureusement, 50 % des Canadiens déclarent que leur santé mentale s’est détériorée pendant la pandémie de la COVID-19. Le Service canadien de prévention du suicide signale une augmentation de 50 % du volume d’appels.

Le gouvernement a investi 500 millions de dollars dans le cadre de l’Accord sur la relance sécuritaire pour répondre aux besoins immédiats et combler des lacunes dans les mesures de soutien et de protection des gens qui font face à des difficultés associées à la santé mentale, à la toxicomanie ou à l’itinérance.

Le gouvernement a aussi financé le développement d’applications de soins virtuels en santé mentale et lancé Espace mieux-être Canada, un portail en ligne gratuit. Les visiteurs de ce site ont accès sans frais à des contenus éducatifs, à des thérapies autogérées, à un soutien par les pairs avec modérateur et à du counseling individuel offert par des professionnels de la santé qualifiés. Depuis avril 2020, Espace mieux-être Canada a reçu 648 000 visiteurs uniques et plus de 1,8 million de séances y ont été tenues (p. ex., des interactions par message texte ou par téléphone avec des professionnels de la santé qualifiés ou des réseaux de soutien par les pairs). Les Canadiens de l’ensemble des provinces et des territoires ont accédé au portail.

Cadre des résultats relatifs aux sexes

Égalité des genres et diversité au Canada

  • Réduction de la pauvreté, santé et bien-être

Dans une enquête participative menée du 24 d’avril au 11 mai, 71 % des participants de diverses identités de genre ont déclaré que leur santé mentale s’était quelque peu ou beaucoup détériorée depuis le début de la distanciation physique, comparativement à 57 % des femmes et à 47 % des hommes. Les participants autochtones étaient également plus susceptibles de déclarer que leur santé mentale s’était quelque peu ou beaucoup détériorée (60 %) que les participants non autochtones (52 %). En particulier, les femmes autochtones ont signalé ces répercussions plus que les hommes autochtones (64 % contre 54 %). Dans une autre enquête participative sur les Canadiens ayant un problème de santé de longue durée ou une incapacité, 57 % ont déclaré que leur santé était beaucoup moins bonne ou un peu moins bonne depuis le début de la pandémie. Des recherches antérieures ont démontré que la santé mentale des jeunes Canadiens a été particulièrement touchée par la pandémie et la quarantaine.

Note méthodologique

Bien que les enquêtes participatives soient essentielles pour obtenir des données rapidement sur des questions importantes, telles que la mesure dans laquelle la COVID 19 touche la vie et le bien-être de différents groupes de Canadiens, les lecteurs doivent noter que, contrairement à d’autres enquêtes menées par Statistique Canada, l’absence d’échantillonnage probabiliste signifie que les résultats ne sont pas représentatifs et ne peuvent être appliqués à l’ensemble de la population canadienne. En particulier, certains groupes de Canadiens peuvent être surreprésentés, tandis que d’autres groupes peuvent être sous-représentés.

1.6.2 Lutter contre la crise des opioïdes

Nous avons perdu beaucoup trop de vie au Canada à cause de la crise des opioïdes. Le gouvernement a adopté une approche de réduction des méfaits qui comprend le financement de sites de consommation sûre.

Toutefois, la crise de la COVID-19 a coïncidé avec l’aggravation de la crise des opioïdes et une hausse subite des décès liés à ceux-ci. Selon une étude récente menée en Ontario, au cours de 15 premières semaines de la pandémie, il y a eu 695 décès liés aux opioïdes, soit une augmentation de 38 % par rapport aux 15 semaines précédentes. De plus, la Colombie-Britannique a connu une hausse considérable des décès et des surdoses liés aux opioïdes : en juin 2020, 181 Britanno-Colombiens sont décédés à la suite de la consommation d’opioïdes, comparativement à 76 en juin 2019. Les paramédics de la Colombie-Britannique ont signalé près de 7 500 appels durant l’été, soit le nombre le plus élevé jamais enregistré au cours d’une période de trois mois. L’Alberta a recensé 302 décès liés aux opioïdes d’avril à juin, en hausse par rapport au sommet de 211 décès sur une période de trois mois enregistré en 2018.

1.6.3 Assurance-médicaments

Le gouvernement prend des mesures concrètes pour mettre en œuvre un régime national et universel d’assurance-médicaments.

En 2018, le gouvernement du Canada a mis sur pied le Conseil consultatif sur la mise en œuvre d’un régime national d’assurance-médicaments, qu’il a mandaté de fournir des conseils indépendants sur la meilleure façon de mettre en œuvre un régime national et universel d’assurance-médicaments. À la lumière des conseils formulés par le Conseil, le gouvernement procède, en collaboration avec les provinces, les territoires et d’autres intervenants, à l’établissement des éléments fondamentaux d’un régime national et universel d’assurance-médicaments. Ces éléments comprennent les suivants :

Augmenter l’accessibilité des médicaments coûteux pour le traitement des maladies rares

Il existe plus de 7 000 maladies rares. Bien que chacune ne touche qu’un nombre relativement faible de patients, ces maladies sont débilitantes et chroniques, et elles mettent en danger la vie des personnes atteintes. Le coût élevé de nombreux médicaments contre les maladies rares et la quantité limitée de données probantes cliniques (souvent en raison de la petite taille des populations de patients) font qu’il est difficile pour les patients et leur famille, les employeurs et les gouvernements de prendre des décisions sur l’opportunité et les modalités de paiement des traitements. Cela peut entraîner des difficultés pour de nombreuses provinces et territoires qui cherchent à aider les familles. Une stratégie nationale garantira de meilleures évaluations de l’efficacité des médicaments, une meilleure gestion des coûts et, ce qui est crucial, l’élargissement de la couverture et de l’accès pour les patients.

1.6.4 Soutenir l’intervention de la Croix-Rouge canadienne dans la lutte contre la COVID-19

Depuis le début de la pandémie, la Croix-Rouge canadienne apporte une contribution importante à la réponse du Canada à la COVID-19. À l’heure actuelle, elle est déployée dans plus de 35 installations à l’échelle du pays, avec l’aide d’un soutien financier fédéral.

En mai 2020, le gouvernement a annoncé un financement pouvant atteindre 100 millions de dollars pour l’aider à répondre à la demande accrue due à la COVID-19 tout en veillant à ce qu’elle puisse aussi répondre aux autres urgences comme les inondations et incendies de forêt. Grâce à ce financement, la Croix-Rouge canadienne a été en mesure de fournir une capacité d’appoint aux provinces et aux territoires et de protéger des populations vulnérables, dont les résidents d’établissements de soins de longue durée et les travailleurs migrants.

La pandémie de COVID-19 a montré qu’il était important de compter sur une capacité d’intervention d’appoint immédiate. Habituellement, les organismes comme la Croix-Rouge canadienne dépendent beaucoup de contributions privées et publiques liées à des événements particuliers.

1.6.5 Continuer d’appuyer les interventions sanitaires dans les communautés autochtones

Le gouvernement s’est rapidement mis au travail en partenariat avec les représentants des Premières Nations, des Inuits et des Métis pour soutenir les activités de préparation et d’intervention en cas de pandémie dans les communautés autochtones. Les communautés autochtones ont réussi à contrôler la propagation de la COVID-19 lors de l’éclosion du printemps, mais elles affichent maintenant, face à la deuxième vague, des hausses rapides et alarmantes du nombre de cas.

Afin que les communautés des Premières Nations, des Inuits et de la Nation métisse puissent gérer et contrôler la présence du virus pendant la deuxième vague ainsi que durant la saison de la grippe, le gouvernement du Canada propose d’engager plus de 900 millions de dollars pour appuyer les interventions sanitaires continues des communautés autochtones. Ce financement est réparti ainsi :

1.7 Jouer un rôle sur la scène mondiale

Lors d’une pandémie mondiale, il est impossible de vaincre le virus ici avant de l’avoir vaincu partout dans le monde.

Le Canada dirige des efforts de coordination et de coopération à l’échelle internationale afin de donner un accès équitable aux vaccins, de soutenir la stabilité économique à l’échelle mondiale et de favoriser une relance inclusive, y compris par les mesures suivantes :

Chapitre 1
Lutter contre la COVID-19
M$

Plan d’intervention économique pour répondre à la COVID-19 – Protection de la santé et de la sécurité
Valeur de l’incidence1 Incidence budgétaire nette (comptabilité d’exercice)
2019-
2020 
2020-
2021 
2021-
2022 
2022-
2023 
2023-
2024 
2024-
2025 
2025-
2026 
Comprise ou annoncée :
1.3.2 Accord sur la relance sécuritaire 19 909 - 19 909 - - - - - Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Accord sur la relance sécuritaire :                 Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020
Montant annoncé dans le Portrait de 2020 14 000 - 14 000 - - - - - Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020
Nouveaux investissements depuis le Portrait de 2020 3 527 - 3 527 - - - - - Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Investissements fédéraux dans le dépistage, la recherche des contacts et la gestion des données 1 282 - 1 282 - - - - - Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Congés de maladie (vers la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique) 1 100 - 1 100 - - - - - Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
1.3.3 Appuyer une rentrée scolaire sécuritaire 2 000 - 2 000 - - - - - Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Fonds pour une rentrée scolaire sécuritaire 2 000 - 2 000 - - - - - Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
1.3.4 Soutien aux communautés autochtones et du Nord 2 069 - 1 679 391 - - - - Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Mesures d’aide pour les services sociaux et de santé dans les communautés du Nord (priorités essentielles, transporteurs aériens, amélioration des subventions alimentaires) (Portrait de 2020) 115 - 115 - - - - - Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020
Soutien à l’accès aérien essentiel aux communautés éloignées 174 - 116 58 - - - - Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Fonds de soutien aux communautés autochtones :                 Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Montant annoncé dans le Portrait de 2020 380 - 380 - - - - - Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020
Soutien supplémentaire annoncé en août 2020 305 - 305 - - - - - Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020

Soutien supplémentaire annoncé dans le présent Énoncé

380 - 380 - - - - - Nouveauté dans l’Énoncé économique de l’automne
Cadre pour une relance sécuritaire dans les communautés autochtones 318 - 318 - - - - - Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020

Remplacement des revenus autonomes des communautés autochtones

333 - - 333 - - - - Nouveauté dans l’Énoncé économique de l’automne

Soutien direct au Yukon, aux Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut en vue de soutenir davantage leur réponse à la pandémie de COVID-19

65 - 65 - - - - - Nouveauté dans l’Énoncé économique de l’automne
1.4.1 Vaccins et produits thérapeutiques 14 340 - 7 520 6 530 340 236 131 119  
Soutien à la recherche médicale et au développement de vaccins (Portrait de 2020) 1 127 - 721 401 8 8 8 8 Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020
Soutien supplémentaire pour la recherche médicale et les vaccins2 13 087 - 6 789 6 109 310 205 101 88 Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Augmentation de la capacité de biofabrication – Installation Royalmount du Conseil national de recherches 126 - 10 19 23 23 23 23 Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
1.4.2 Dépistage et recherche des contacts 1 370 0 779 569 24 5 5 5  

Recherche innovante et soutien pour les nouvelles approches et technologies

546 - 530 16 19 - - - Nouveauté dans l’Énoncé économique de l’automne

Soutenir les activités de l’Agence de la santé publique du Canada et de Santé Canada pendant la pandémie

803 - 244 538 5 5 5 5 Nouveauté dans l’Énoncé économique de l’automne

Service numérique canadien

21 - 5 15 - - - - Nouveauté dans l’Énoncé économique de l’automne
1.4.3 EPI et matériel médical 5 352 200 3 331 1 821 170 113 4 4  
Financement pour des IPE et des fournitures (Agence de la santé publique du Canada) (Portrait de 2020) 2 000 200 1 800 - - - - - Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020
Soutien aux travailleurs essentiels en matière d’EPI et de matériel connexe (pour l’approvisionnement) (Services publics et Approvisionnement) (Portrait de 2020) 11 - 11 - - - - - Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020
Soutien aux travailleurs essentiels en matière d’EPI et d’équipements connexes (soutien accru) (Services publics et Approvisionnement) 500 - 500 - - - - - Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020

Approvisionnement supplémentaire en EPI et soutien pour le stockage et l’entreposage des EPI

2,746 - 1,000 1,746 170 113 4 4 Nouveauté dans l’Énoncé économique de l’automne

Allègement de la TPS/TVH sur les masques et les visières

95 - 20 75 - - - - Nouveauté dans l’Énoncé économique de l’automne
1.4.4 Garantir une ventilation saine et propre dans les immeubles publics 110 - 30 80 40 - - -  
Améliorer la ventilation dans les immeubles publics 110 - 30 80 40 -   - Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
1.4.5 Prévenir les éclosions dans les refuges 694 - 394 299 - - - -  
Soutien aux sans-abri (par l’entremise de Vers un chez-soi) (Portrait 2020) 158 - 158 - - - - - Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020
Élargir le soutien aux réponses communautaires à la COVID-19 par l’entremise de Vers un chez-soi 237 - 237 - - - - - Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020

Financement supplémentaire par l’entremise de Vers un chez-soi : la stratégie canadienne de lutte contre l’itinérance pour prévenir la propagation de la COVID-19 dans les refuges

299 - - 299 - - - - Nouveauté dans l’Énoncé économique de l’automne
1.4.7 Soutien pour la quarantaine et l’auto-isolement 908 - 650 256 - - - -  
Installations de quarantaine et mesures frontalières liées à la COVID-19 765 - 507 256 - - - - Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Soutien aux entreprises du système alimentaire qui embauchent des travailleurs étrangers temporaires (Portrait de 2020) 50 - 50 - - - - - Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020

Extension du programme d’aide à l’isolement obligatoire pour les travailleurs étrangers temporaires

34 - 34 - - - - - Nouveauté dans l’Énoncé économique de l’automne
Lutter contre l’éclosion de la COVID-19 chez les travailleurs étrangers temporaires dans les exploitations agricoles 59 - 59 - - - -   Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
1.5 Soins de longue durée 1 340 - 823 516 1 - - -  
Soutien des forces armées canadiennes à la réponse à la COVID-19 418 - 417 0 0 - - - Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Moins : Fonds provenant des ressources ministérielles actuelles -126 - -126 - - - - - Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Remédier aux pénuries de main-d’œuvre dans les domaines des soins de longue durée et des soins à domicile 38 - 25 13 - - - - Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020

Investissements supplémentaires dans les soins de longue durée

1 010 - 506 503 1 - - - Nouveauté dans l’Énoncé économique de l’automne
1.6.1 Santé mentale et soins virtuels 334 - 334 - - - - -  
Soins virtuels et soutien à la santé mentale (Portrait de 2020) 241 - 241 - - - - - Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020

Appuyer les centres de détresse et le portail Espace mieux-être Canada

93 - 93 - - - - - Nouveauté dans l’Énoncé économique de l’automne
1.6.2 Lutter contre la crise des opioïdes 66 - 21 45 - - - -  

Appuyer les Canadiens qui luttent contre les troubles de la consommation de substances

66 - 21 45 - - - - Nouveauté dans l’Énoncé économique de l’automne
1.6.4 Appuyer l’intervention de lutte contre la COVID-19 de la Croix-Rouge canadienne 219 - 135 84 66 - - -  
Soutien à la Croix-Rouge canadienne (Portrait de 2020) 100 - 100 - - - - - Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020

Soutien supplémentaire à l’intervention de la Croix-Rouge canadienne contre la COVID-19

35 - 35 - - - - - Nouveauté dans l’Énoncé économique de l’automne

Effectif humanitaire civil (Croix-Rouge)

84 - - 84 66 - - - Nouveauté dans l’Énoncé économique de l’automne
1.6.5 Continuer d’appuyer les interventions sanitaires dans les communautés autochtones 1 187 - 964 218 1 1 1 1  
Améliorer les mesures de santé publique dans les communautés autochtones (Portrait de 2020) 285   279 1 1 1 1 1 Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020

Améliorer davantage les mesures de santé publique dans les communautés autochtones

632 - 537 94 - - - - Nouveauté dans l’Énoncé économique de l’automne
Soutien au bien-être mental des Autochtones 83 - 83 - - - - - Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020

Soins dans les communautés autochtones

187 - 64 123 - - - - Nouveauté dans l’Énoncé économique de l’automne
1.7 Jouer un rôle sur la scène mondiale 845 -179 702 - - - - -  
Soutien aux partenaires internationaux (y compris 322,4 M$ du compte de crises de l’enveloppe de l’aide internationale et d’autres fonds réaffectés) (Portrait de 2020) 442 -179 299 - - - - - Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020
Soutien supplémentaire de la réponse à la COVID-19 403 - 403 - - - - - Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Autres mesures dans le Portrait de 2020 1 781 561 1 146 83 40 40 40 40  
Intervention immédiate en santé publique 50 25 25 - - - - - Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020
Fonds de réponse à la COVID-19 (dont 500 M$ pour les provinces et territoires, échu en 2019-2020 et 50 M$ provenant des ressources existantes) 1 025 500 512 37 37 37 37 37 Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020
Soutien à Santé Canada et à l’Agence de la santé publique du Canada 88 - 70 3 3 3 3 3 Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020
Réduction des coûts d’importation pour faciliter l’accès aux biens médicaux essentiels3 :                 Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020
Estimation des coûts dans le Portrait de 2020 281 - 281 26 - - - - Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020
Coût réestimé 518 - 475 43 - - - - Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020
Écart 237 - 194 17 - - - - Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020
Assistance consulaire aux Canadiens à l’étranger 100 36 64 - - - - - Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020
Total :                  
Mesures stratégiques du Portrait de 2020 20 453 582 19 106 467 48 48 48 48 Mesure stratégique comprise dans le Portrait de juillet 2020
Incidence de la réévaluation des coûts 237 - 194 17 - - - - Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Mesures stratégiques depuis le Portrait de 2020 24 292 - 17 549 6 456 333 228 124 111 Mesure stratégique annoncée depuis le Portrait de juillet 2020
Nouveaux investissements dans le chapitre 1 – Lutter contre la COVID-19 7 538 - 3 565 3 951 301 118 9 9 Nouveauté dans l’Énoncé économique de l’automne
Total – Plan d’intervention économique pour répondre à la COVID-19 – Protection de la santé et de la sécurité 52 520 582 40 414 10 892 682 394 181 168  
Nota – Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.
1 La valeur de l’incidence correspond aux dépenses selon la comptabilité de caisse et le soutien à la liquidité prévus surtout en 2021-2022 (certaines mesures incluent également les dépenses de 2019-2020 et les dépenses prévues en 2020-2021). L’incidence budgétaire selon la comptabilité d’exercice est plus faible en raison des différences liées à la méthode de la comptabilité d’exercice, du fait que certaines des répercussions concernent des prêts (pour lesquels seules les provisions pour pertes éventuelles auraient une incidence sur le solde), et des reports d’impôt, pour lesquels seuls les intérêts et les pénalités auxquels il est renoncé auraient un effet sur le solde.
2 Profil des dépenses ajusté en fonction de la mise à jour des besoins du ministère.
3 Estimation selon l’hypothèse que l’exemption tarifaire demeurerait en vigueur pendant 12 mois, hypothèse qui pourrait devoir être rajustée en fonction de la durée totale de la mesure. L’incidence budgétaire estimative a été révisée en septembre 2020 pour tenir compte d’une demande plus forte que prévu.
Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, s’il vous plaît contactez-nous.

Date de modification :